NOUVELLES

Crimée: Washington "rejette" le référendum, dénonce l'attitude de Moscou

16/03/2014 02:54 EDT | Actualisé 16/05/2014 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont rejeté dimanche le référendum qui s'est déroulé en Crimée pour son rattachement à la Russie, un scrutin "contraire à la Constitution ukrainienne" organisé "sous des menaces de violences" de la part de la Russie, selon la Maison Blanche.

"Nous rejetons le +référendum+ qui a eu lieu aujourd'hui", a indiqué le porte-parole de l'exécutif américain Jay Carney dans un communiqué.

"Les actes de la Russie sont dangereux et déstabilisants", a-t-il ajouté. "Le Conseil de sécurité a reconnu cet état de fait hier (samedi) dans une résolution à laquelle seule la Russie s'est opposée", a-t-il souligné.

"Nous appelons tous les membres de la communauté internationale à continuer à condamner ce genre d'actions et à prendre des mesures concrètes pour imposer des coûts" à la Russie, ajoute la Maison Blanche.

"Cette intervention militaire et la violation du droit international auront un coût croissant pour la Russie, pas seulement en raison des mesures imposées par les Etats-Unis et leurs alliés, mais aussi comme résultat direct des propres actes déstabilisateurs de la Russie", poursuit le texte.

Les habitants de la Crimée ont plébiscité dimanche le rattachement de la péninsule à la Russie à 93%, selon un sondage à la sortie des urnes diffusé par les autorités séparatistes de la Crimée.

Le référendum, présenté comme un exercice de démocratie populaire par les autorités séparatistes et par Moscou, se déroule en présence de milliers de soldats russes qui contrôlent la région depuis deux semaines aux côtés de milices séparatistes.

"Aucune décision sur l'avenir de l'Ukraine ne devrait être prise sans le gouvernement ukrainien", estime la Maison Blanche.

"De plus, ce vote n'était pas nécessaire. Le gouvernement ukrainien a clairement indiqué sa volonté de discuter d'une autonomie accrue pour la Crimée et l'élection présidentielle prévue le 25 mai offre une opportunité pour tous les Ukrainiens de faire entendre leur voix sur l'avenir de leur pays", poursuit le texte de l'exécutif américain.

jca/bdx

PLUS:hp