NOUVELLES

Cabrel a conquis les Montréalais (VIDÉO)

16/03/2014 06:12 EDT | Actualisé 16/03/2014 07:08 EDT

Francis Cabrel était attendu. La salle Pierre Mercure à Montréal bruissait d'impatience. Mathieu Lippé, qui a eu la lourde tâche de briser la glace en assurant la première partie du chanteur français, a réussi son coup. En 30 minutes, le gagnant du festival de Granby 2011 a mis le public dans sa poche grâce à ses chansons et à ses morceaux de slam écrits avec poésie. Une belle ovation debout a précédé l'entrée de celui qui se fait trop rare au Québec, Francis Cabrel.

Seul en scène, Francis Cabrel a livré un concert acoustique absolument parfait. Sans fioriture, sans arrangements grandiloquents. Juste lui, et son répertoire. Les succès étaient là (Petite Marie, Octobre, La corrida, Encore et encore). Mais Francis Cabrel a fait plusieurs incursions dans d'autres univers que le sien. Il a notamment livré une version très personnelle du Gorille de Georges Brassens. La mélodie n'avait plus rien à voir avec l'originale, mais cette version mettait d'autant plus le texte en valeur, provoquant les rires de la salle. « Avant d'être chanteur, je voulais être humoriste » a dit l'artiste en confidence.

Évidemment Je l'aime à mourir était au répertoire de ce concert, mais pas dans la version que l'on attendait. C'est en effet au ukulélé que le prince de la rime s'est accompagné pour ce tube. Pas très bavard entre les différentes pièces, Francis Cabrel a néanmoins fait le show, se déhanchant façon rock n' roll sur plusieurs de ses morceaux.

Au piano ou à la guitare, le chanteur a fait preuve d'une belle générosité artistique. Il a conquis encore plus la salle en reprenant Quand j'aime une fois j'aime pour toujours, faisant un très beau lien entre le Québec et la France. Francis Cabrel sera à Sherbrooke le 17 mars et continuera sa tournée aux États-Unis à New York, Chicago et Los Angeles.

À LIRE AUSSI

INOLTRE SU HUFFPOST

Top 10 des jeunes artistes québécois à surveiller en 2014