NOUVELLES

Québec: les libéraux et les indépendantistes au coude à coude (sondage)

15/03/2014 09:44 EDT | Actualisé 15/05/2014 05:12 EDT

Les indépendantistes, minoritaires au gouvernement, sont au coude à coude avec les libéraux à un peu plus de trois semaines de l'élection législatives anticipée au Québec, selon le dernier sondage publié samedi.

Le Parti Québécois (PQ) de la Première ministre Pauline Marois recueillerait 37% des suffrages le 7 avril, date du scrutin législatif, soit exactement le pourcentage accordé au Parti libéral du Québec (PLQ) de Philippe Couillard, selon le sondage Léger Marketing pour le compte des quotidiens Le Devoir et Globe and Mail.

En fait, selon l'institut, l'annonce du ralliement de Pierre-Karl Péladeau, principal actionnaire du groupe de média et de télécommunications Québecor, a plutôt profité aux libéraux et moins au PQ en dépit de la déclaration de sa flamme pour un Québec souverain.

Le sondage indique que le PQ est crédité de 44% des intentions de vote auprès de l'électorat francophone, contre seulement 27% pour les libéraux et 15% pour la Coalition Avenir Québec (CAQ).

"On assiste à une polarisation de l'électorat entre fédéralistes et souverainistes", selon Christian Bourque, vice-président exécutif de Léger Marketing cité par Le Devoir. Cela a joué sur la dernière semaine, mais rien n'est fait, a-t-il indiqué.

Lors du dernier sondage un peu après l'entrée en campagne, la majorité à l'Assemblée nationale semblait accessible pour le parti indépendantiste de Pauline Marois, fort de son avance considérable auprès de l'électorat francophone. Le regain des libéraux auprès ce cet électorat vient "complexifier la lecture de la campagne", a estimé Christian Bourque.

Alors que Pauline Marois tente de porter le débat sur des questions autres que l'indépendance du Québec, les sondés estiment à 31% qu'elle mène la meilleure campagne, nettement devant Philippe Couillard (19%).

Pauline Marois, qui a promis un Livre blanc sur la question de l'indépendance, ne cherche pas à en faire un thème central car l'enjeu n'est pas l'organisation d'un référendum. Selon M. Bourque, si un scrutin référendaire avait été organisé dans la dernière semaine, 59% de Québécois auraient répondu "Non" à l'indépendance du Québec.

Le sondage a été réalisé entre le 11 et le 13 mars auprès de 1.205 personnes interrogées par internet.

mbr/bdx

PLUS:hp