NOUVELLES

L'unité de lutte contre le terrorisme du Kenya est sous-financée

15/03/2014 11:33 EDT | Actualisé 15/05/2014 05:12 EDT

NAIROBI, Kenya - La principale agence de lutte contre le terrorisme du Kenya travaille à empêcher la tenue d'un autre attentat semblable à celui survenu au Westgate Mall, mais dispose d'un budget plutôt modeste pour le faire. L'unité antiterrorisme de la police à Nairobi n'a en effet que 735 $ à dépenser ce mois-ci.

Des documents consultés par l'Associated Press montrent que, même après l'attaque meurtrière menée par al-Shabab dans le luxueux centre commercial qui a coûté la vie à 67 personnes en septembre dernier, les forces antiterroristes du Kenya n'ont reçu que 2205 $ pour financer leurs activités pour janvier, février et mars.

En comparaison, un membre du Parlement kenyan touche environ 45 000 $ en salaire et indemnités chaque trimestre.

Le Kenya est aux prises avec une crise budgétaire causée par la rémunération de certains employés du gouvernement. Le président Uhuru Kenyatta et son vice-président ont promis d'accepter une baisse salariale de 20 pour cent et ont exhorté leurs collègues à faire de même, soutenant que le pays n'avait pas les moyens de verser des salaires aussi élevés.

La semaine dernière, M. Kenyatta avait déclaré que plus de ressources seraient allouées à la police et à l'armée afin de remédier à des années de négligence dans le domaine de la sécurité.

Selon un récent rapport du Congrès américain, le Kenya est l'un des cinq principaux pays à bénéficier de l'aide financière du département d'État pour lutter contre le terrorisme.

PLUS:pc