NOUVELLES

Après le succès, le groupe français Shaka Ponk "n'a surtout voulu rien changer"

15/03/2014 05:20 EDT | Actualisé 15/05/2014 05:12 EDT

Du rock débridé, des visuels aussi forts que la musique, un esprit "fait-maison" et un singe: Shaka Ponk "n'a surtout voulu rien changer" après son succès fulgurant, confie le groupe à l'AFP avant la sortie de son nouvel album lundi.

Né en 2004, le groupe s'est fait un nom par la seule force du bouche-à-oreille et de concerts aussi énergiques que spectaculaires.

Tout s'est accéléré avec la parution en 2011 de leur troisième album "The geeks and the jerkin' socks".

La tournée qui a suivi a rassemblé près d'un million de spectateurs en France, culminant avec un concert au Palais-Omnisports de Bercy à Paris, une salle que peu d'artistes français peuvent se targuer de remplir.

Shaka Ponk a empoché deux Victoires de la musique, en 2013 pour le meilleur spectacle de l'année, puis en 2014 pour le meilleur DVD centré autour de ce concert à Bercy.

Mais peu après cette soirée triomphale, à laquelle participait leur ami le chanteur Bertrand Cantat, la tournée a dû brutalement s'arrêter: Frah le chanteur, s'est rompu les ligaments du genou droit.

"On a eu une période un petit peu noire. La tournée ne devait pas s'achever si tôt, on devait faire des dates en Angleterre avec Skunk Anansie. On était dégoûté", confie à l'AFP Sam, la féline chanteuse de Shaka Ponk.

"Comme on n'a pas l'habitude de rester sans rien faire, on a enchaîné sur de la production, de la compo, des images... et tout ce qui sortait était assez sombre", poursuit Ion, le batteur de Shaka Ponk.

"Puis on a fait un tout petit break, très rapide, et on est revenu avec les idées changées, ce qui a donné une autre couleur", raconte-t-il.

- 'Fidèle à notre philosophie'-

Du coup, Shaka Ponk s'est retrouvé avec deux albums en main: un "white", publié lundi, et un "black" qui sortira à l'automne.

"The White Pixel Ape", sous-titré "Smoking isolate to keep in shape", constitue donc un premier volet joyeux et lumineux.

Il voit le groupe élargir sa palette musicale.

La base est toujours un mélange de rock, de métal, de funk, d'électro et de rap. Mais on y trouve aussi des moments plus calmes, des touches de reggae, des airs de banjo et même des violons sur la première ballade de Shaka Ponk "Heal me, kill me".

"On est resté fidèle à notre philosophie de ne pas se mettre de barrière, de frontière. Ce côté un peu foufou, c'est aussi ce qui fait Shaka Ponk", explique Ion.

Avec le succès, le groupe n'a "surtout voulu rien changer", dit-il. Ni le processus d'écriture à six "un peu anarchique", ni les décisions mises au vote, ni la volonté de tout faire eux-mêmes : graphisme, vidéo, production...

"Ce sont nos erreurs qui font Shaka, nos maladresses graphiques et même musicales", note Sam.

L'image reste d'ailleurs centrale pour le groupe qui a conçu une nouvelle scénographie pour la tournée avec un vrai décor en plus de leur habituel écran, et plusieurs singes virtuels pour accompagner leur mascotte Goz.

Il y a quelques semaines, les directeurs du Printemps de Bourges et des Francofolies expliquaient à la presse que Shaka Ponk était -- avec Stromae et Fauve -- l'une des locomotives d'une saison des festivals qui s'annonce excellente.

Mais Ion et Sam avouent avoir du "mal à réaliser".

"Il y a sept ans, on jouait devant trois potes et deux inconnus et on passait nos journées à essayer de faire marcher le logiciel pour avoir le bon rendu avant le concert du soir", se souvient Ion.

"Aujourd'hui, on a exactement les mêmes journées, sauf que les logiciels sont un peu plus évolués, qu'on a un peu plus de matos et surtout que les salles sont pleines. A chaque fois, on continue à se dire :+ mais qu'est-ce qu'ils f.. tous là ?+", s'amuse-t-il.

ber/pjl/thm/fw

PLUS:hp