NOUVELLES

Yémen: démonstration de force des rebelles chiites près de Sanaa

14/03/2014 08:17 EDT | Actualisé 14/05/2014 05:12 EDT

Des milliers de partisans des rebelles zaïdites chiites, certains armés de Kalachnikov, ont manifesté vendredi dans le nord du Yémen pour protester contre le gouvernement, ont rapporté des témoins.

Réclamant la démission du gouvernement, qu'ils accusent de corruption, les manifestants ont défilé à Omran, au nord de la capitale Sanaa, sous haute la surveillance des forces de sécurité et de l'armée, déployées avec chars et blindés, qui avaient autorisé cette manifestation.

"A bas le gouvernement corrompu", répétait la foule en agitant des banderoles hostiles aux autorités chargées de la difficile transition au Yémen depuis le départ, en février 2012, de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, après un an de contestation populaire.

Selon des analystes, les rebelles zaïdites, fortement implantés dans le nord du pays où ils contrôlent notamment la province de Saada, tentent de gagner du terrain pour élargir leur zone d'influence dans le futur Etat fédéral.

Encadrés par des véhicules de la rébellion chiite, certains montés de lance-roquettes, les protestataires ont aussi appelé au limogeage du gouverneur d'Omran, Mohamed Hassan Dammaj, membre du parti islamiste Al-Isalh, bête noire des rebelles, et du général Hamid al-Qoushaiby, commandant de la 310e brigade blindée de l'armée.

Les manifestants se sont ensuite dispersés dans le calme et ont quitté Omran, ont indiqué à l'AFP des sources militaire et de sécurité.

"Nous avons laissé les protestataires entrer et manifester à Omran après que les autorités à Sanaa ont obtenu des rebelles l'assurance qu'il n'y aurait pas de recours à la violence", a expliqué à l'AFP un officier de l'armée à Omran.

Au début de la manifestation, des salves de tirs ont été entendues dans les quartiers nord de la ville, ont rapporté à l'AFP des habitants, sans être en mesure d'en préciser l'origine.

Les rebelles zaïdites avaient pris début février, après des affrontements qui avaient fait 150 morts, des localités de la province d'Omran, en délogeant le clan des Al-Ahmar, les puissants chefs de la confédération tribale des Hached.

Leur plan, c'est de "prendre le contrôle de la ville de Omran et d'assiéger la capitale", a déclaré jeudi à l'AFP une source militaire après un accrochage ayant tué six rebelles chiites et deux soldats dans la région de Hamdan, sur la route pour Sanaa.

mou/tm/cbo

PLUS:hp