NOUVELLES

Washington n'aurait pas reconnu immédiatement un Québec souverain en 1995

14/03/2014 04:19 EDT | Actualisé 14/05/2014 05:12 EDT
OZinOH/Flickr
Assemblée nationale du Québec (National Assembly of Québec) in Québec City, Canada

WASHINGTON - Même si les électeurs québécois avaient voté «Oui» au référendum de 1995, les États-Unis n'auraient pas reconnu immédiatement un Québec indépendant et ne l'auraient pas inclus automatiquement dans l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Des documents rendus publics vendredi montrent que l'administration du président Bill Clinton n'aurait pas reconnu le nouveau pays indépendant au lendemain du référendum du 30 octobre 1995.

Dans cette série de documents, on retrouve notamment des notes d'information à l'intention des diplomates américains, ainsi que la réponse officielle de l'administration Clinton selon les deux possibilités du référendum: une réponse pour la victoire du «Non» et une réponse pour la victoire du «Oui».

La réponse qui n'a jamais été livrée offre un rare aperçu de la préparation des États-Unis face à l'éventualité de la séparation du Québec, un dossier revenu au centre de l'actualité dans le cadre de l'actuelle campagne électorale québécoise.

«Puisque les Canadiens doivent encore élaborer leurs futurs accords constitutionnels, il est prématuré de considérer la question de la reconnaissance du Québec», affirme le document daté du 27 octobre 1995, rendu public vendredi par la bibliothèque présidentielle Clinton.

La note répète les avertissements préréférendaires de l'administration Clinton sur un autre dossier majeur: il n'y aurait aucune garantie qu'un Québec indépendant serait automatiquement intégré dans l'espace commercial nord-américain.

«Des questions juridiques complexes sont en jeu et rien n'est automatique, affirme le document.

«Nous n'avons donné d'assurances à aucune partie.»

La note est comprise dans une série de documents diffusés par la bibliothèque présidentielle Clinton, qui publie les archives de l'administration Clinton de façon graduelle.

La publication continue de ces documents est un sujet sensible aux États-Unis puisque la première dame de l'époque, Hillary Clinton, est considérée comme une candidate de premier plan si elle décide de se présenter à l'élection présidentielle de 2016.

La position de l'administration Clinton advenant une victoire du «Oui» n'avait jamais été rendue publique auparavant, puisque le «Non» l'a emporté par une très faible marge en 1995.

Le président Clinton penchait clairement du côté fédéraliste.

«Dans un monde assombri par les conflits ethniques (...) le Canada (...) est resté un modèle de la façon dont les gens de différentes cultures peuvent vivre et travailler ensemble dans la paix, la prospérité et le respect», avait-il déclaré, lors d'un discours devant le Parlement canadien avant le référendum.

Les documents publiés vendredi comprennent aussi une note qui questionne la sagesse d'une telle prise de position de M. Clinton. La lettre datée du 27 octobre, envoyée au conseiller à la sécurité nationale Anthony Lake, recommandait au président de rester neutre parce que son appui à un camp en particulier risquait de provoquer une réaction négative non désirée des électeurs.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les désirs d'indépendance dans le monde