NOUVELLES

Ukraine: de la contestation pro-européenne au rattachement de la Crimée à la Russie

14/03/2014 06:34 EDT | Actualisé 14/05/2014 05:12 EDT

Rappel des principaux événements en Ukraine depuis le début de la contestation pro-européenne en novembre 2013 jusqu'au référendum dimanche sur le rattachement de la Crimée à la Russie organisé par les autorités séparatistes pro-russes de la péninsule.

--NOVEMBRE 2013--

- 21: Le gouvernement suspend soudainement les négociations sur un accord d'association avec l'Union européenne (UE) et relance les relations économiques avec Moscou.

Le 24, début de la contestation avec des manifestations massives notamment sur la place de l'Indépendance (Maïdan) à Kiev, à l'appel de l'opposition pro-européenne.

--DECEMBRE--

- 1er: A Kiev, 200.000 à 500.000 manifestants se rassemblent sur le Maïdan, occupé par les contestataires qui y dressent tentes et barricades.

--JANVIER 2014--

- 19-22: L'adoption de lois renforçant les sanctions contre les manifestants relance la contestation à Kiev où une offensive des forces antiémeutes tourne à la guérilla urbaine. Fin janvier, on dénombre quatre morts et plus de 500 blessés.

--FEVRIER--

- 4: L'opposition réclame un retour à la Constitution de 2004 issue de la Révolution orange pro-occidentale limitant les pouvoirs du chef de l'Etat. Ce texte avait été annulé après l'élection de Ianoukovitch en 2010.

- 18-20: Flambée de violences à Kiev où les forces de l'ordre lancent un assaut contre le Maïdan: au moins 83 morts dont une quinzaine de policiers. Au total, la contestation a fait une centaine de morts.

- 22: Le Parlement destitue le président Viktor Ianoukovitch et fixe une présidentielle anticipée au 25 mai. L'ex-Première ministre Ioulia Timochenko est libérée.

- 23: Le président du Parlement Olexandre Tourtchinov élu président par intérim. Le 26, Arseni Iatseniouk est désigné Premier ministre de transition. Moscou conteste la légitimité du nouveau pouvoir.

- 26: Heurts entre pro et anti-russes à Simféropol, capitale de la Crimée, république autonome et russophone du Sud abritant la flotte russe de la mer Noire. Le 27 à Simféropol, le Parlement de Crimée, dont un commando pro-russe s'est emparé, élit un nouveau gouvernement local pro-russe et vote l'organisation d'un référendum pour plus d'autonomie.

Depuis, le pouvoir de Simféropol est appuyé par des milliers de soldats russes qui sont entrés en Crimée et contrôlent désormais des bâtiments publics ou encerclent des bases militaires ukrainiennes.

- 28: Kiev accuse Moscou "d'invasion armée et d'occupation".

En fuite en Russie, M. Ianoukovitch affirme être "le président légitime".

--MARS--

- 4: Le président russe Vladimir Poutine nie toute implication russe. Il estime "pas nécessaire pour le moment" une intervention militaire même si Moscou se réserve le droit de recourir à "tous les moyens" pour protéger ses citoyens.

- 6: Le Parlement de Crimée demande à Poutine le rattachement de la péninsule à la Russie et annonce un référendum le 16 mars.

Washington et l'UE prennent des sanctions économiques et diplomatiques contre la Russie.

Selon Berlin, le volet politique de l'accord d'association avec Kiev pourrait être signé lors du sommet de l'UE, les 20 et 21 mars.

- 9: Le président Poutine juge que les "mesures" prises par les autorités de Crimée respectent le "droit international".

- 11: Le Parlement régional de Crimée adopte une "déclaration d'indépendance".

- 12: Le président américain Barack Obama reçoit le Premier ministre ukrainien à la Maison Blanche.

- 13: La chancelière allemande Angela Merkel met en garde Vladimir Poutine contre les graves conséquences économiques et politiques à long terme qu'aurait pour Moscou la poursuite de son action en Ukraine.

Les Tatars de Crimée appellent au boycott du référendum et demandent l'intervention de l'Otan.

kd/acm

PLUS:hp