NOUVELLES

Pourquoi les cellules STAP seraient-elles une avancée scientifique exceptionnelle ?

14/03/2014 06:52 EDT | Actualisé 14/05/2014 05:12 EDT

Les recherches sur les cellules dites STAP agitent la communauté scientifique internationale et sont au coeur d'une vive polémique au Japon suite à des manipulations de résultats de recherches.

Voici pourquoi, si leur existence est quand même prouvée, elles pourraient constituer une avancée majeure pour la médecine régénérative.

Question: que sont les cellules STAP ?

Réponse: les cellules STAP sont des cellules qui ont été ramenées à un état indifférencié (c'est-à-dire sans aucune spécificité liée à un quelconque organe ou tissu), proche de l'état des cellules embryonnaires, grâce à un processus chimique. Leur nom est l'acronyme de l'expression anglophone stimulus-triggered acquisition of pluripotency (acquisition de la pluripotence par stimulus).

Grosso modo, des cellules matures sont soumises à un stress qui les oblige à déployer des moyens génétiques de défense pour survivre, l'un d'eux étant apparemment de changer d'état. Ces cellules, qui à l'origine étaient par exemple des cellules de globules blancs, une fois ainsi "reprogrammées", ont la capacité d'évoluer en différents types d'autres cellules (elles sont pluripotentes) voire en tous les types de cellules (totipotentes). Il ne s'agit pas cependant réellement de cellules souches car elles ne sont pas en l'état capables de s'auto-renouveler indéfiniment. Acquérir cette aptitude nécessiterait une étape supplémentaire de culture dans un environnement adéquat. Mais implantées dans un embryon installé ensuite dans l'utérus d'une souris, elles se comporteraient néanmoins comme des cellules souches pluripotentes.

Q: en quoi les cellules STAP se différencient-elles des autres cellules telles les cellules souches embryonnaires et les cellules pluripotentes induites (iPS) ?

R: les cellules souches embryonnaires sont prélevées sur des embryons, ce qui pose des problèmes éthiques que permet a priori d'éviter la création de cellules pluripotentes par reprogrammation de cellules matures.

L'expression de "cellules pluripotentes" est arrivée jusqu'aux oreilles du grand public grâce à la remise du prix Nobel de médecine 2012 au Japonais Shinya Yamanaka et au Britannique John Gurdon, qui ont découvert un procédé génétique de reprogrammation de cellules matures en cellules indifférenciées dites "pluripotentes induites" ou iPS. Les cellules STAP sont pluripotentes comme les iPS, mais leur procédé de création diffère, de même que leurs autres propriétés. Les cellules STAP seraient par exemple capables de se différencier en cellules placentaires, ce que ne savent pas faire les iPS. Elles pourraient aussi présenter un avantage en termes de rendement, de coûts et de simplicité de création.

Q: quelles avancées représenteraient les cellules STAP ?

Si la création de cellules STAP s'avérait possible avec tout type de cellules selon la méthode décrite par la jeune chercheuse japonaise Haruko Obokata et ses collègues, il faudrait réussir à reproduire la méthode ailleurs pour mieux comprendre les effets exacts des stimuli, puis prouver que la technique de reprogrammation peut aussi être appliquée à des cellules humaines, ce qui est le cas pour les cellules iPS avec lesquelles des essais cliniques doivent débuter cette année au Japon.

kap/pn/jlh/glr

PLUS:hp