NOUVELLES

Le TSX recule, inquiété par la croissance en Chine et les tensions en Ukraine

14/03/2014 05:02 EDT | Actualisé 14/05/2014 05:12 EDT

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en baisse vendredi, les opérateurs s'étant montrés plutôt prudents avant de quitter pour le week-end, compte tenu des inquiétudes entourant la performance économique de la Chine et la crise en Ukraine.

L'indice composé S&P/TSX a glissé de 17,48 points pour terminer la séance avec 14 227,66 points, tiré vers le bas par les pertes du secteur de la finance, notamment.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,34 cent US à 90,13 cents US.

Les principaux indices boursiers new-yorkais ont aussi retraité à la suite de la publication des plus récentes données sur la confiance des consommateurs. L'indice de l'Université du Michigan a reculé à 79,9 points, par rapport à 81,6 points en février, alors que les économistes s'attendaient plutôt à ce qu'il grimpe à 82,5 points.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a rendu 43,22 points à 16 065,67 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a reculé de 5,21 points à 1841,13 points et que l'indice composé du Nasdaq a perdu 15,02 points à 4245,4 points.

Un référendum doit avoir lieu dimanche sur l'avenir de la Crimée en Ukraine. La péninsule demandera alors à ses résidants s'ils veulent que le territoire fasse partie de la Russie. Ce vote survient deux semaines après que les troupes russes se soient installées en Crimée, où la Russie possède toujours une importante base navale et où plusieurs habitants parlent russe.

Si la Crimée devait choisir de se séparer, les États-Unis et l'Union européenne seront prêts à imposer de dures sanctions contre la Russie et les entreprises accusées d'avoir fait grimper les tensions et d'avoir nui au nouveau gouvernement ukrainien.

Entre-temps, les perspectives de croissance en Chine ont aussi déprimé les marchés cette semaine, avec la publication de données jugées décevantes quant à ses exportations, son commerce de détail et sa production industrielle.

La toute première défaillance obligataire corporative du pays, survenue la semaine dernière, a aussi créé des tensions quant à la santé d'autres sociétés chinoises.

Le secteur torontois des métaux de base a plongé d'environ 11 pour cent cette semaine, tandis que le cours du cuivre — considéré comme un baromètre économique en raison de l'utilisation du métal dans un grand nombre de secteurs — a échappé près de 10 pour cent au cours des cinq dernières séances.

Le groupe des métaux de base a légèrement retraité vendredi à Toronto, alors que le prix du cuivre a avancé de 3 cents US à 2,95 $ US la livre à la Bourse des matières premières de New York.

Mais le secteur de la finance a été le principal perdant au terme de la séance de vendredi, avec une perte de 0,63 pour cent.

Le groupe de l'énergie a progressé de 0,17 pour cent, le cours du pétrole brut s'étant apprécié de 69 cents US à 98,89 $ US le baril à New York.

Les opérateurs ont, une fois de plus, privilégié la sécurité, faisant grimper le cours de l'or pour une cinquième séance de suite. Celui-ci a pris vendredi 6,60 $ US à 1379 $ US l'once à New York et sa progression totalise trois pour cent sur l'ensemble de la semaine. Le secteur aurifère a gagné vendredi environ un pour cent à Toronto.

Le TSX a perdu 0,7 pour cent sur l'ensemble de la semaine, les pertes du secteur des métaux de base ayant été en partie compensées par les gains du groupe aurifère. Le Dow Jones a chuté de façon plus importante, soit de 2,35 pour cent, depuis le début de la semaine.

PLUS:pc