NOUVELLES

Génocide rwandais : la défense envisage un appel dans le procès Simbikangwa

14/03/2014 06:32 EDT | Actualisé 14/05/2014 05:12 EDT

La défense de Pascal Simbikangwa, condamné vendredi à Paris à 25 ans de réclusion pour son rôle dans le génocide au Rwanda, a annoncé envisager de faire appel et a dénoncé un jugement "politique".

"Nous nous poserons la question de savoir si nous ferons appel", a déclaré un de ses avocats, Fabrice Epstein, ajoutant que Pascal Simbikangwa, avait "très bien réagi" au verdict.

La cour d'assise de Paris a reconnu l'ex-officier de la garde présidentielle, aujourd'hui âgé de 54 ans, coupable de génocide et de complicité de crimes contre l'humanité, au terme d'un procès de six semaines.

"Evidemment c'est un procès politique, (les motivations) suivent le réquisitoire mot pour mot, c'est un dogme, c'est la parole qui a été donnée par l'avocat général, c'est un dogme qui a été suivi, une décision presque religieuse", a-t-il poursuivi.

"C'est surtout une décision qui ne va pas jusqu'au bout, parce que si on reconnaît Pascal Simbikangwa coupable de génocide, alors il faut le condamner à perpétuité, c'est une décision empreinte d'un malaise", a estimé l'avocat.

"C'est une bonne décision", a de son côté déclaré Alain Gauthier, président du Comité des parties civiles pour le Rwanda, à l'origine de la plainte qui a débouché sur ce procès.

"La peine me paraît trop légère, mais ce qui était important pour nous c'est la condamnation. C'est un précédent important, c'est la première fois qu'un crime de génocide est jugé en France, ça montre que partout où ils seront aujourd'hui, les présumés génocidaires rwandais ne pourront plus vivre dans l'impunité et je pense que c'est le meilleur hommage qu'on pouvait rendre à toutes ses victimes, même si elles ont été complètement anonymes dans ce procès", a-t-il encore dit.

so/at/sym

PLUS:hp