NOUVELLES

De nouvelles photos sont montrées au procès pour meurtre d'Oscar Pistorius

14/03/2014 09:50 EDT | Actualisé 14/05/2014 05:12 EDT

PRETORIA, Afrique du Sud - De nouvelles photos ont été présentées vendredi lors du procès pour meurtre d'Oscar Pistorius.

La première montre le champion paralympique sud-africain torse nu, debout dans son garage. Pistorius fait face à la caméra et des taches de sang sont visibles sur ses prothèses, ses genoux et ses shorts.

La deuxième montre Pistorius de profil. Du sang est de nouveau visible sur ses shorts et sur certaines parties de son corps.

Pistorius affirme qu'il a emporté sa petite amie, Reeva Steenkamp, au premier étage après avoir réalisé qu'il venait de l'abattre par erreur en tirant plusieurs coups de feu dans la porte de sa salle de bain.

Une autre photo, prise en plan rapproché, montre que la salle de bain était maculée de sang après l'incident.

Un ancien colonel de la police sud-africaine, G.S. van Rensburg a de son côté été soumis à un contre-interrogatoire serré de la part de l'avocat de Pistorius, Barry Roux. M. van Rensburg est l'ancien commandant du commissariat de police situé près de la résidence de Pistorius.

Il a expliqué avoir compris que la porte de la salle de bain était l'élément de preuve le plus important dans cette affaire. La porte a donc été emportée dans un sac mortuaire et il a décidé de l'entreposer dans son bureau, quand elle s'est révélée être trop grande pour être entreposée à l'endroit habituel.

Me Roux a ensuite bombardé M. van Rensburg de questions concernant un autre ancien policier, Hilton Botha, qui a été chassé de cette enquête l'an dernier et a dû démissionner de la police. M. van Rensburg a admis qu'il avait parfois perdu M. Botha de vue pendant qu'ils se trouvaient chez Pistorius.

M. Botha a reconnu, l'an dernier, qu'il ne portait pas toujours les vêtements et les couvre-chaussures requis quand il a examiné la scène du crime. L'équipe de Pistorius croit que la police peut avoir contaminé, et possiblement modifié volontairement, des éléments de preuve.

M. van Rensburg a aussi révélé que le technicien en armes à feu appelé sur place a tout d'abord manipulé le pistolet de Pistorius sans porter de gants.

Il a enfin admis qu'une montre dispendieuse appartenant à Pistorius s'est mystérieusement volatilisée pendant que les policiers se trouvaient dans la résidence. Il dit avoir été incapable de la retrouver, même après avoir ordonné une fouille complète de tous les agents présents.

PLUS:pc