NOUVELLES

Vol MH370: la Chine crée la surprise en dévoilant ses photos satellites

13/03/2014 06:11 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT

La Chine a fait preuve d'une transparence inhabituelle au sujet de ses capacité d'imagerie satellite, en révélant au public les photos montrant de possibles débris du Boeing disparu depuis samedi, selon un expert.

L'Administration d'Etat des sciences, des technologies et de l'industrie pour la défense a publié mercredi trois photographies, où apparaissaient de grands objets flottants dans la mer, dans la zone où a disparu l'avion de Malaysia Airlines.

Les images, prises dimanche, n'ont été rendues publiques que plusieurs jours plus tard, et on ignore si elles ont été communiquées entretemps à la Malaisie. Les avions envoyés jeudi par le Vietnam et la Malaisie sur place n'ont pour le moment repéré aucun débris.

Pour Morris Jones, analyste spatial indépendant basé en Australie, la publication de ces clichés par Pékin relève d'une exceptionnelle transparence, car le programme spatial chinois, qui dépend de l'armée, demeure entouré du plus grand secret.

"Les images satellites sont des outils stratégiques qui ont des applications militaires, et les Etats sont généralement réticents à montrer ce dont leurs satellites sont capables", a-t-il expliqué à l'AFP.

"Les véritables images étaient sans doute de meilleure qualité que celles qui ont été transmises aux médias", a ajouté l'expert. Les autorités les ont diffusées avec une résolution suffisante pour "montrer quelque chose", mais elles ont été "altérées pour dissimuler les aptitudes précises du satellite", a-t-il estimé.

Si les capacités spatiales chinoises restent loin derrière celles des Etats-Unis, le pays a fait d'importants progrès ces dernières années et espère lancer une station spatiale indépendante en 2020.

Entre le début des recherches samedi et mardi matin, les dix satellites redirigés par la Chine ont recueilli des informations sur une zone de 120.000 kilomètres carrés, presque la superficie de la Grèce, ont précisé les autorités.

Interrogé sur la nature des débris repérés, un responsable du Centre chinois de gestion de données et d'applications satellites (CRESDA) a indiqué à l'AFP que l'analyse des images se poursuivait: "Nous n'avons pas encore tiré de conclusion".

Quant au délai de quatre jours entre la prise des clichés et leur publication, Merry Jones n'y voit "absolument rien de suspect".

"Le satellite doit se mettre en position, prendre la photo, l'envoyer à une station au sol et il faut encore qu'elle soit analysée. Et n'oubliez pas qu'au sol, les analystes ont probablement une énorme quantité d'informations à examiner", a-t-il expliqué.

De leur côté, les autorités malaisiennes ont estimé jeudi que ces photos avaient été diffusées "par erreur et ne montraient aucun débris" en réalité.

bur/jug/ple/ml

PLUS:hp