NOUVELLES

Un puissant oligarque ukrainien est arrêté à Vienne

13/03/2014 01:05 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT

VIENNE, Autriche - Un puissant oligarque ukrainien était sous les verrous à Vienne, jeudi, et pourrait être extradé vers les États-Unis.

Dimitro Firtash a été épinglé en vertu d'un mandat d'arrestation américain qui l'accuse de corruption et d'autres crimes.

Les autorités autrichiennes n'ont pas voulu préciser l'identité de l'individu arrêté. La compagnie de Firtash, Groupe DF, a toutefois confirmé l'information, avant de préciser que son arrestation n'est pas liée aux troubles politiques qui secouent l'Ukraine mais plutôt à un projet d'investissement remontant à 2006.

La compagnie affirme qu'il s'agit d'un malentendu qui aura bientôt été éclairci.

Firtash était un partisan du président ukrainien en fuite Viktor Ianoukovitch et un joueur de premier plan dans la vente de milliards de dollars en gaz naturel russe à l'Ukraine par le biais de RosUkrEnergo, une société commerciale dont il est copropriétaire avec le géant russe Gazprom.

RosUkrEnergo était le seul fournisseur de gaz naturel russe à l'Ukraine jusqu'en 2009, quand elle a été écartée dans le cadre d'une entente qui a mis fin à un conflit qui a privé l'Europe de gaz naturel pendant deux semaines en plein hiver.

L'analyste Tim Ash, de la Standard Bank de Londres, a indiqué par courriel que l'arrestation de Firtash représente un «événement sismique». Il décrit Firtash comme un des deux principaux oligarques ukrainiens en termes de richesse et d'influence chez lui et à l'étranger.

M. Ash a ajouté que la détention de Firtash envoie un message fort aux oligarques de Russie et des autres anciennes républiques soviétiques «que personne n'est au-dessus de la loi et (...) que s'ils veulent faire des affaires avec l'Occident, ils doivent respecter certaines valeurs occidentales de base».

La Russie doit quant à elle comprendre que l'Occident est prêt à sévir contre les principaux magnats pro-Moscou si le Kremlin ne modère pas son attitude envers l'Ukraine et la Crimée, a-t-il dit.

Pendant ce temps, la plus importante banque d'Ukraine rapporte que les épargnants de la Crimée s'empressent de vider leurs comptes avant le référendum de dimanche. Des files se sont formées aux portes des succursales de la banque Privat et d'autres institutions. Une porte-parole de Privat a dit que la banque a imposé une limite de 150 $ US aux retraits quotidiens.

PLUS:pc