NOUVELLES

Soudan du Sud : les combats se poursuivent dans la ville de Malakal (armée)

13/03/2014 07:15 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT

L'armée sud-soudanaise et les rebelles regroupés derrière l'ex-vice président Riek Machar s'affrontent de nouveau dans la ville de Malakal, l'un des épicentres du conflit qui ravage le Soudan du Sud depuis mi-décembre, a affirmé jeudi l'armée.

"La situation sécuritaire générale du pays est relativement calme", a affirmé le porte-parole de l'armée, Philip Aguer, interrogé par l'AFP.

"Mais depuis deux jours, il y a des affrontements entre nos forces et les rebelles dans et autour de Malakal", capitale de l'Etat pétrolier du Haut-Nil (nord-est), a-t-il ajouté.

Il était à ce stade impossible de confirmer l'information de source indépendante. Les rebelles n'étaient eux pas joignables dans l'immédiat.

Les rebelles avaient lancé le 18 février une vaste offensive contre Malakal, faisant voler en éclat un cessez-le-feu déjà fragile signé entre les belligérants fin janvier.

Les combats sont depuis chroniques dans la ville, où des massacres ont été rapportés.

Les déclarations du porte-parole de l'armée interviennent alors que des dirigeants d'Afrique de l'Est sont réunis jeudi en sommet dans la capitale éthiopienne Addis Abeba pour tenter d'enrayer la crise sud-soudanaise.

Le conflit, qui a fait des milliers de morts et quelque 900.000 déplacés, a débuté le 15 décembre dans la capitale sud-soudanaise Juba, avant de rapidement s'étendre à d'autres régions clés du pays (en particulier les Etats du Haut-Nil, d'Unité (nord) et du Jonglei (est)).

Il oppose des soldats loyaux au gouvernement à des militaires mutins qui ont rejoint l'ex-vice président Riek Machar, limogé l'été 2013.

Les combats sont alimentés par une rivalité politique entre l'ex-vice président et le président Kiir.

Salva Kiir a accusé Riek Machar de tentative de coup d'Etat. Ce dernier nie, et reproche en retour au premier de vouloir faire le ménage au sein du parti au pouvoir, le SPLM, dans la perspective d'élections en 2015.

Le SPLM est issu de l'ex-rébellion sudiste qui a combattu les forces de Khartoum pendant la guerre civile soudanaise (1983-2005) qui a débouché sur l'indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011.

Mais les affrontements ont aussi très vite pris une tournure ethnique, avec des massacres entre les deux principales communautés du pays -- les Dinka de Salva Kiir et les Nuer de Riek Machar.

str-aud/aub

PLUS:hp