NOUVELLES

Sellal, un homme de confiance de Bouteflika

13/03/2014 01:40 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT

Abdelmalek Sellal, chargé jeudi de diriger la campagne présidentielle d'Abdelaziz Bouteflika pour un 4e mandat, est un homme de confiance du chef de l'Etat connu pour son franc-parler.

M. Sellal, un technocrate de 65 ans, a été remplacé à la tête du gouvernement pour pouvoir diriger de nouveau la campagne électorale de M. Bouteflika, après l'avoir fait aux élections de 2004 et 2009.

Il va devoir mener cette campagne électorale, du 23 mars au 13 avril, dans un contexte particulier. M. Bouteflika, 77 ans et 15 ans de pouvoir, est amoindri et n'a parlé qu'une seule fois en public en deux ans, le 3 mars dernier.

L'image du président affaibli a nourri les interrogations sur sa capacité à diriger le pays et relancé de nouvelles critiques.

Le 3 mars, en présentant sa candidature au Conseil constitutionnel, M. Bouteflika avait prononcé avec difficulté et à voix très basse son engagement à briguer un nouveau mandat que M. Sellal lui-même avait annoncé quelques jours plus tôt.

Durant les 15 derniers mois, M. Sellal a été le principal interlocuteur de la société en se rendant dans les 48 wilayas (préfectures) du pays pour défendre le programme du président et, le cas échéant, tenter de désamorcer les situations explosives, parfois à coups de rallonges budgétaires.

Depuis l'arrivée de M. Bouteflika au pouvoir en 1999, il est le seul Premier ministre à avoir communiqué sur des sujets "sensibles" comme la santé du président et à occuper le terrain médiatique.

Connu pour son franc parler et son sens de l'humour, cet homme à la carrure forte et imposante est né en août 1948 à Constantine (430 km à l'est d'Alger).

Membre d'aucun parti politique, M. Sellal a toujours exercé de hautes fonctions.

Diplômé de l'Ecole nationale d'administration (ENA) en 1974 dans la section diplomatie, il a exercé plusieurs postes de responsabilité dont celui de wali (préfet) de plusieurs départements. Devenu directeur général au ministère des Affaires étrangères, il a ensuite été ambassadeur en Hongrie.

En décembre 1998, il devient ministre de l'Intérieur chargé de préparer l'élection présidentielle anticipée d'avril 1999, du référendum du 16 septembre de la même année et de l'application de la loi sur la Concorde civile qui a permis la reddition de milliers d'islamistes en échange d'une amnistie.

M. Sellal a occupé plusieurs ministères, la Jeunesse et les sports, les Travaux publics et les Transports. Après la présidentielle de 2004, il a occupé celui des Ressources en eau jusqu'à sa nomination comme Premier ministre en septembre 2012.

Le 20 janvier, M. Sellal a installé la commission nationale de préparation de l'élection présidentielle, qu'il préside.

amb/vl

PLUS:hp