NOUVELLES

Sebastian Vettel entend surprendre ceux qui le comptent pour battu

13/03/2014 10:27 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT

MELBOURNE, Australie - Sebastian Vettel a un message pour ceux qui le comptent déjà pour battu cette saison: la campagne sera longue et les problèmes de moteur que connaît Red Bull à l'heure actuelle ne dureront pas.

Le quadruple champion en titre de la Formule 1 a connu un bon nombre de difficultés durant la saison morte, alors que son équipe a dû composer avec de nombreuses contraintes parce que son fournisseur de moteurs, Renault, a eu beaucoup de difficultés à rendre fiable le nouvel hybride turbo de six cylindres que toutes les écuries devront avoir cette année.

Bien que Vettel ait reconnu que Mercedes sera l'équipe à battre lors de la course inaugurale en Australie, ce week-end — et que Red Bull peinera probablement à tenir le rythme en première portion de campagne —, il a insisté pour dire qu'un autre titre était toujours à sa portée. Et ce, même si ça ne se fera pas nécessairement de la même manière impériale qu'en 2013, quand il a remporté les neuf dernières épreuves.

«Nous ne sommes pas dans la meilleure des positions pour cette course, mais c'est une autre paire de manches quand on parle du championnat», a souligné Vettel, jeudi.

Vettel n'a pas eu besoin de regarder bien loin pour trouver un argument lui permettant de prétendre qu'il est possible de surmonter des difficultés en début de saison, puisqu'il était assis à côté de Fernando Alonso en conférence de presse. Le pilote de l'écurie Ferrari s'est retrouvé dans une situation semblable en 2012.

«Il y a deux ans, Fernando avait 1,5 seconde de retard sur le plus rapide en qualification, mais finalement il est venu très près de nous ravir le titre dans la dernière course, alors tout peut arriver», a noté Vettel.

«Notre équipe est forte. Nous avons beaucoup de bonnes personnes avec nous et d'excellentes ressources où puiser. Nous devrions progresser au fil de la saison.»

Red Bull n'a pas été la seule équipe à connaître des problèmes importants durant la saison morte. On s'attend à ce que les écuries dont le moteur est fourni par Renault aient des problèmes chroniques, mais il est aussi vrai que toutes les équipes amorceront les séances d'essais de vendredi avec un certain niveau d'anxiété.

Les nouveux moteurs contrôlés par ordinateur devront assurer l'équilibre de l'alimentation entre le moteur à combustion, la turbosoufflante et la pile électrique — dont le rôle est beaucoup plus important que par le passé. À cela s'ajoute l'obligation de réduire la consommation d'essence d'environ un tiers par rapport à l'an dernier, de comprendre rapidement les nouveaux paramètres aérodynamiques et de s'habituer aux nouveaux pneus.

Ce n'est donc pas surprenant si les dirigeants de la F1 ont décidé de permettre aux ingénieurs et aux membres des équipes de consacrer plus de temps aux réglages des voitures dans les puits.

Les plus pessimistes prédisent même qu'il n'y aura pas assez de voitures qui rallieront la ligne d'arrivée, dimanche, pour combler chacun des 10 rangs à qui on accorde des points. Jeudi, on a demandé au directeur de la course Charlie Whiting quel sera son plan B s'il n'y a plus de voitures sur la piste. La réponse a été simple: la course sera interrompue.

Bien que de tels scénarios de fin du monde soient très peu probables, il y a quand même de fortes possibilités que plusieurs voitures ne soient pas capables de rester en-deçà d'un écart de sept pour cent du chrono du pilote le plus rapide en qualification, et en principe soient donc exclues de la course. Toutefois, les officiels de course ont toujours eu le loisir d'exempter les équipes de cette règle et Whiting a déclaré qu'à Melbourne, les officiels se pencheront sur de tels scénarios avec «beaucoup d'empathie».

Les hommes qu'on juge les plus susceptibles d'établir les standards de vitesse en qualification sont ceux de l'équipe Mercedes, Lewis Hamilton et Nico Rosberg. Contrairement à la majorité des autres pilotes, ceux-ci ont connu de bonnes séances d'essais cet hiver.

PLUS:pc