NOUVELLES

GM sous enquête pour un rappel tardif

13/03/2014 09:51 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT
AP
FILE - In this July 25, 2006 file photo, General Motors Corp. headquarters are shown in Detroit. The top-performing stock among automakers in the U.S. this quarter is General Motors. The company, which endured management upheaval during the quarter and announced that it would lose substantial cash in Europe, saw its shares rise almost 18 percent from July through late September. The gain was the best since the first quarter of this year, when the stock climbed about 23 percent. GM posted strong profits in that period. (AP Photo/Paul Sancya, File)

Le constructeur américain General Motors (GM) se retrouve sur la sellette à la suite de deux rappels massifs de véhicules au mois de février. Les autorités américaines veulent maintenant savoir pourquoi GM a mis plus de 10 ans avant de rappeler des véhicules dont les défectuosités ont provoqué la mort de 12 personnes.

Après la Chambre des représentants, c'est au tour du Sénat américain de mettre sur pied un comité pour enquêter sur le temps qu'a mis le constructeur automobile avant de rappeler plusieurs de ses véhicules. Le FBI et le Département de la Justice s'intéressent également à l'affaire.

Le comité sénatorial étendra son investigation au rôle joué par l'Agence de la sécurité routière qui a mis, elle aussi, plusieurs années avant de réagir.

GM a déjà reconnu qu'elle était au courant du problème depuis 10 ans. Mais des documents soumis par le constructeur aux autorités réglementaires révèlent que le défaut avait été découvert dès 2001, au cours des tests de préproduction.

Des rappels massifs

GM a procédé à deux rappels massifs de voitures - 1,6 million de véhicules au total en Amérique du Nord, dont 236 000 au Canada - au cours des dernières semaines.

Les rappels touchent les voitures :

  • Saturn Ion (2003 à 2007)
  • Saturn Sky (2006 à 2007)
  • Chevrolet HHR (2006 et 2007)
  • Pontiac Solstice (2006 à 2007)

Les véhicules rappelés éprouvent des problèmes avec le commutateur d'allumage qui peut faire bouger la clé de contact et ainsi la faire glisser en position « off » provoquant l'arrêt du moteur. Un porte-clés trop lourd, un coup de genou ou un chemin cahoteux peut faire bouger le commutateur d'allumage et provoquer l'arrêt du moteur en plein trajet. L'auto peut alors s'arrêter, les coussins gonflables se désactiver et les systèmes d'assistance pour la direction et le freinage peuvent également cesser de fonctionner.

La défectuosité a ainsi provoqué 31 accidents causant 12 décès. Le nombre de 13 morts, précédemment annoncé, a été révisé à la baisse puisqu'un cas avait été comptabilisé deux fois.

Des rabais de 500 $

GM suggère à ses clients qui possèdent un véhicule visé par le rappel de faire réparer la défectuosité. Le constructeur précise toutefois que ces automobilistes devront tout de même éviter d'accrocher quoi que ce soit d'autre sur leur porte-clés de voiture, et ce, même une fois la réparation effectuée.

De plus, le constructeur offre 500 $ en argent comptant à ces clients visés par le rappel qui souhaitent remplacer leur véhicule par un autre modèle GM d'ici le 30 avril prochain.

Dans la foulée de l'annonce des nouvelles enquêtes, la valeur des actions de GM a chuté de 7,3 % au cours de la dernière semaine.

INOLTRE SU HUFFPOST

Belles voitures à Cuba