DIVERTISSEMENT
13/03/2014 11:53 EDT

«Fabergé, joaillier des tsars», en exclusivité canadienne au Musée des beaux-arts de Montréal (PHOTOS)

Courtoisie

Les œufs de Pâques finement ciselés de Fabergé seront au Musée des beaux-arts au mois de juin. Ce sera, pour le Canada, une exposition exclusive au Musée des beaux-arts.

Originaire du Virginia Museum of Fine Arts, c’est la plus belle collection du joaillier qui existe en dehors de la Russie. De renommée internationale, ces magnifiques objets bijoux ont été créés par Carl Fabergé (1896-1920) pour les tsars Alexandre III et Nicolas II. «L’exposition dépeint l’histoire des derniers Romanov depuis le couronnement de Nicolas II en 1896, la place des œuvres Fabergé dans le quotidien de la famille impériale jusqu’à leur massacre par les révolutionnaires, en 1917», explique Sylvain Cordier, conservateur des arts décoratifs anciens au MBAM.

L’exposition qui présente 240 objets comprend quatre des 42 œufs célèbres restants, commandés par les Romanov. Ils sont présentés dans le contexte de la tradition de la Pâque orthodoxe. Les visiteurs pourront également voir des cadres émaillés, des pierres précieuses serties dans des bijoux en or, de l’argenterie et des vases en cristal de roche, qui proposent un aperçu de la vie de luxe à l’époque des tsars. Les œufs «sont parmi les chefs-d’œuvre absolus crées par Fabergé» affirme le Dr Géza von Habsbourg, directeur de la compagnie Fabergé, basée à Londres, en Angleterre.

Une des pièces les plus remarquables est l’œuf de Pâques impérial du tsarévitch, créé en 1912 par le maître orfèvre Henrik Wigström. Six sections de lapis-lazuli sont élégamment décorées d’aigles, de caryatides ailées et de motifs floraux, dont les formes masquent les joints d’assemblage. Un portrait recto verso du tsarévitch, peint sur ivoire, y est inséré sur un support incrusté de diamants. D’autres chefs-d’œuvre de l’exposition comprennent une chevauchée triomphale, créée en argent, commémorant les origines de la nation russe. Au fil de l’exposition, la compétence de l’artisan est étonnante. Il y a des œuvres réalisées dans des pierres dures, comme le jade, de même que dans des matériaux précieux.

Fabergé est réputé pour sa maîtrise des décorations émaillées, et on peut voir des œuvres en émail cloisonné tout au long de l’exposition. Carl Fabergé, issu d’une famille française immigrée en Allemagne, puis en Russie où il est né, était le bijoutier et orfèvre de la cour impériale et jouissait d’une relation spéciale avec la famille Romanov. Ses pièces de luxe ornées de raffinements inégalés faisaient partie de leurs célébrations.

La configuration de l’exposition a été créée par Hubert le Gall, le célèbre designer, créateur et sculpteur français. «Cette première importante exposition sur Fabergé au Canada offre une opportunité de découvrir l’excellence des arts décoratifs de la Maison Fabergé dont le destin est tragiquement lié à l’histoire et à la chute de la Maison impériale russe en 1917. En articulant le parcours thématique et poétique autour des quatre œufs impériaux emblématiques, nous avons imaginé un parcours au carrefour de la petite histoire des arts décoratifs, ses artisans et ses techniques, avec la grande histoire de la Russie impériale, des traditions orthodoxes médiévales jusqu’à l’avènement et la chute des Romanov», conclut Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du MBAM.

Fabergé, joaillier des Tsars

Musée des beaux-arts de Montréal

www.Mbam.qc.ca

Du 14 juin au 5 octobre 2014

EN IMAGES:

«Fabergé, joaillier des tsars»

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?