NOUVELLES

Crimée: USA et UE prêts à prendre des mesures "très sérieuses" lundi (Kerry)

13/03/2014 11:26 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT

Les Etats-Unis et l'Union européenne sont prêts à prendre lundi des "mesures très sérieuses" visant Moscou pour répliquer au référendum de dimanche en Crimée qui doit entériner un rattachement à la Russie, a prévenu jeudi le secrétaire d'Etat John Kerry.

"Il y aura une réponse au référendum et de surcroît s'il n'y a aucun signe d'avancées pour régler ce dossier, il y aura de très sérieuses mesures lundi en Europe et ici", a déclaré M. Kerry devant une commission du Sénat américain, à la veille d'une nouvelle rencontre vendredi à Londres avec son homologue russe Sergueï Lavrov.

Le chef de la diplomatie américaine a indiqué qu'il avait une nouvelle fois "parlé brièvement aujourd'hui" au téléphone avec le ministre russe des Affaires étrangères.

"J'espère que (les Russes) vont venir (à Londres) conscients du fait que la communauté internationale est vraiment forte et unie sur cette question", a martelé John Kerry.

Interrogé par un sénateur sur la "réponse" de Washington en cas d'"annexion" de la Crimée par la Russie, M. Kerry a répété que son gouvernement défendait "le respect de la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité de l'Ukraine", disant "espérer que la Russie respecte le droit international".

"Il n'y a aucune justification, aucune légalité au référendum qui se tient" dimanche en Crimée, a insisté le ministre américain.

L'Ukraine s'est dotée jeudi d'une Garde nationale, mobilisant les volontaires des barricades de Kiev pour renforcer sa défense face à la Russie qui mène des manoeuvres militaires à ses portes, à trois jours du référendum qui doit entériner la perte de la Crimée.

Sur la scène internationale, les Occidentaux jettent leurs dernières forces pour tenter d'infléchir la position du maître du Kremlin, Vladimir Poutine, qui refuse de retirer les milliers d'hommes déployés dans la péninsule ukrainienne de Crimée depuis fin février. Mais le président russe, qui affirme agir dans l'intérêt des russophones d'Ukraine, n'a pas donné le moindre signe qu'il accepterait les demandes des Occidentaux.

M. Kerry a précisé que d'après les estimations américaines, il y avait 20.000 troupes russes en Crimée, en deçà des 25.000 soldats prévus selon un accord concernant les bases militaires russes dans la péninsule ukrainienne.

Mais d'après le secrétaire d'Etat, "il n'y a aucun signe (que la Russie) a les ressources nécessaires pour marcher vers l'Ukraine et s'en emparer".

nr/rap

PLUS:hp