NOUVELLES

Commission Charbonneau: profit de 1,7 million $ pour les Rizzuto sur des condos achetés 1$

13/03/2014 09:22 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT
Agence QMI

EN DIRECT - L'enquêteur de la commission Charbonneau Éric Vecchio termine jeudi son témoignage portant sur le modus operandi préconisé par le clan mafieux Rizzuto pour tirer profit de certains développements immobliers privés, dont celui de l'immeuble à condos de luxe du 1000, de la Commune Est, dans le Vieux-Montréal.

Un texte de Bernard Leduc et François Messier

Notre blogue en direct

La suite des écoutes policières sur le 1000, de la Commune, dont la présentation a commencé mercredi, montre à quel point le parrain Vito Rizzuto et son fils, Nick Rizzuto, sont impliqués dans ce projet.

De sa prison, le parrain gère le dossier en passant par son fils, qui surveille de près le promoteur Tony Magi, sous leur influence depuis que la mafia a sauvé financièrement son projet.

« Tranquillement, Nick est en train de prendre le contrôle du projet. » — Éric Vecchio

Une conversation du 20 janvier 2005 entre le père et le fils témoigne de la connaissance pointue que chacun a du projet, jusque dans ses moindres détails, comme si eux-mêmes en étaient les promoteurs.

L'écoute permet aussi de comprendre que les deux hommes font rentrer sur le chantier de la phase 2 du projet des entrepreneurs proches du clan Rizzuto, pour s'occuper notamment de la peinture, de la céramique ou du bois, ce qui leur assure fidélité la fidélité de ces derniers, mais aussi de l'argent.

Le clan Rizzuto a aussi recours à des amis pour financer le projet en leur vendant des condominiums, que ces derniers pourront revendre à leur guise, à profit.

Selon l'enquêteur Éric Vecchio, le clan Rizzuto fera à terme moins d'argent qu'il l'anticipait dans le projet du 1000 de la Commune, bien qu'il soit au final difficile d'établir la réalité des montants qui étaient en jeu.

Il a cependant été possible d'établir que la famille Rizzuto a acheté cinq condos au 1000 de la Commune pour la somme symbolique de 1 $. Ils seront plus tard revendus pour 1,7 million de dollars.

Il s'agit de la dernière journée d'audiences pour la commission d'enquête avant que le Québec se choisissse un nouveau gouvernement, le 7 avril. Les audiences publiques reprendront le lendemain du scrutin.

Une main-mise toute en finesse de la mafia sur le 1000

Au moment de l'interruption des travaux, mercredi après-midi, l'enquêteur Vecchio commentait des écoutes électroniques interceptées à l'automne 2004 dans le cadre de l'opération Colisée, menée entre 2001 et 2006 par la Gendarmerie royale du Canada.

On y apprend que Vito Rizzuto, alors incarcéré en attendant qu'un tribunal statue sur une demande d'extradition du gouvernement américain, continuait de suivre le dossier du 1000 de la Commune, développé par l'entrepreneur Tony Magi.

Ce dernier apprenait à composer avec le fils du parrain de la mafia montréalaise Nick Rizzuto fils, qui profite de l'aura de son père pour tenter d'imposer ses vues à M. Magi, notamment quant au choix des sous-traitants qui devaient être appelés pour certains travaux.

Plus tôt dans la journée, M. Vecchio avait montré comment Vito Rizzuto s'est immiscé dans ce dossier au moment où Tony Magi éprouvait des difficultés financières, une stratégie de prédilection pour la mafia.

Les écoutes électroniques de l'opération Colisée ont révélé comment le parrain est intervenu pour rassembler autour d'une table différents investisseurs privés, issus de son vaste réseau de contacts, et aplanir ensuite les difficultés qui ne manquaient pas de se présenter.

« C'est une personne de compromis : c'est pour ça qu'il est resté longtemps en poste », a expliqué Éric Vecchio. « Tout le monde en tirait quelque chose. »

Dans le cas présent, Vito Rizzuto est intervenu en faveur en faveur de Tony Magi en échange d'une part de ses profits.

« Dans le fond, ils ne s'impliquent pas vraiment, ils ne mettent pas un sou, mais ils facturent des frais de consultant, d'arbitrage. C'est une méthode beaucoup plus sûre parce qu'il y a une garantie certaine qu'on ne perdra pas un sou », a commenté l'enquêteur Vecchio.

Le clan comptait ensuite profiter du projet pour réaliser d'autres profits, par exemple en utilisant une compagnie de Nick Rizzuto fils pour poser du plancher de bois franc dans les condos.

L'enquêteur Vecchio a aussi souligné dans son témoignage que Vito Rizzuto et Tony Accurso se sont courtisés en 2003-2004. Une compagnie de l'entrepreneur, Marton, a proposé de travailler avec le parrain sur une phase 2 du 1000, de la Commune, qui ne s'est jamais concrétisée.

Nick Rizzuto fils est mort, assassiné, en décembre 2009. Vito Rizzuto est décédé de mort naturelle en décembre 2013.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref