NOUVELLES

Le Nouveau-Brunswick se dote d'une nouvelle stratégie de gestion de la forêt

12/03/2014 01:50 EDT | Actualisé 12/05/2014 05:12 EDT

FREDERICTON - Le gouvernement du Nouveau-Brunswick se dote d'une nouvelle stratégie de gestion de la forêt qui suscite déjà un certain scepticisme.

Son objectif est triple: favoriser les investissements, encourager le maintien et la création d'emplois, ainsi qu'assurer la gestion durable des forêts de la Couronne.

La stratégie prévoit ainsi la récolte de 660 000 mètres cubes supplémentaires de résineux sur ces terres. Avec cet ajout, Fredericton estime que plus de 500 postes permanents supplémentaires seront offerts dans le secteur privé. En outre, 1200 emplois seront disponibles dans le domaine de la construction, puisque des usines devront être modernisées.

Le premier ministre David Alward estime que la mise en place de la stratégie s'impose car, à ses yeux, la réussite économique de sa province passe par «un secteur forestier fort». Cette industrie rapporte environ 1,45 milliard $ sur une base annuelle.

Cependant, au cours de la plus récente décennie, elle a été durement secouée. Le ministre des Ressources naturelles, Paul Robichaud, a rappelé que «depuis 2004, le nombre d'usines en exploitation au Nouveau-Brunswick a diminué de moitié».

Par ailleurs, M. Robichaud a indiqué que le gouvernement persiste à vouloir doubler la superficie des terres forestières considérées comme des zones naturelles protégées. Si cet engagement est bel et bien atteint, cette surface passera à 270 000 hectares.

De son côté, le chef libéral, Brian Gallant, entretient certains doutes sur le plan de match gouvernemental. Il se demande si les programmes de sylviculture et de plantation seront assez performants, et surtout suffisamment financés pour pouvoir atteindre le nouvel objectif en matière de récolte de bois.

Il a rappelé que ses troupes avaient déjà manifesté de l'inquiétude au moment du dépôt du plus récent budget, quand elles avaient constaté que moins d'argent serait consacré à la gestion de la forêt.

Le chef du Parti vert, David Coon, estime quant à lui que la stratégie va carrément détruire les forêts du Nouveau-Brunswick. Selon lui, il est impossible de vouloir couper 20 pour cent plus de bois sur les terres de la Couronne sans provoquer de «vastes dommages».

M. Coon juge également que certaines zones de protection de la faune et de la flore sont condamnées à être réduites.

PLUS:pc