NOUVELLES

Egypte: Kerry décidera bientôt d'une éventuelle reprise de l'aide américaine

12/03/2014 02:20 EDT | Actualisé 12/05/2014 05:12 EDT

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a indiqué mercredi qu'il devrait décider dans les prochains jours d'une éventuelle reprise totale de l'aide américaine annuelle de 1,5 milliard de dollars à l'Egypte, dont une partie a été gelée en octobre.

Après des mois d'atermoiements, Washington avait partiellement suspendu son assistance au Caire en représailles à la répression des partisans du président islamiste Mohamed Morsi, destitué le 3 juillet dernier. Les Etats-Unis avaient alors gelé la livraison d'équipements lourds tels que des hélicoptères de combat Apache, des avions de chasse F-16, des pièces détachées de chars Abrams et des missiles Harpoon.

Depuis, Washington, allié du Caire depuis 35 ans, tance régulièrement les autorités intérimaires installées par l'armée pour la lenteur de la transition démocratique et pour leur mauvais bilan en termes de droits de l'homme et libertés publiques.

"Nous voulons que ce gouvernement intérimaire de transition réussisse. Nous sommes engagés à tenter de faire en sorte que cela arrive", a plaidé M. Kerry devant une commission de la Chambre des représentants du Congrès.

L'administration américaine n'a jamais qualifié de coup d'Etat la destitution du président Morsi et le chef de la diplomatie américaine avait lui-même jugé que l'armée égyptienne l'avait renversé pour "sauver la démocratie".

Washington n'avait toutefois pas renoncé à suspendre en partie son aide de 1,5 milliard de dollars par an, dont 1,3 milliard environ d'assistance militaire.

"Nous espérons pouvoir faire ce transfert (d'aide) si tant est que nos équipes puissent tirer les conclusions sur ce que (l'Egypte) est censée faire" en termes de réformes politiques et économiques, a dit M. Kerry, louant une "relation militaire forte" entre les deux pays.

"J'espère que dans les jours à venir je pourrai prendre la décision adéquate. Et quand je dis dans les jours qui viennent, je veux dire à brève échéance", a insisté le patron de la diplomatie américaine. "Nous espérons pouvoir le faire très bientôt", a encore dit John Kerry, en pleine période de refroidissement entre Le Caire et Washington.

nr/bdx

PLUS:hp