NOUVELLES
10/03/2014 05:07 EDT | Actualisé 10/05/2014 05:12 EDT

Le Conseil de l'Europe va vérifier la légalité du référendum en Crimée

Le Conseil de l'Europe va étudier la légalité du référendum prévu le 16 mars en Crimée, et à offert lundi à Kiev l'aide de ses experts pour enquêter sur les violations des droits de l'Homme, et la situation des minorités.

Ces annonces ont été faites à l'issue de rencontres entre le secrétaire général de l'organisation paneuropéenne, Thorbjorn Jagland, l'actuel président de son "comité des ministres", le ministre autrichien des Affaires étrangères Sebastian Kurz, et des responsables du gouvernement intérimaire, lundi dans la capitale ukrainienne, a précisé à l'AFP le porte-parole de M. Jagland Daniel Höltgen.

M. Jagland a demandé aux experts constitutionnels de la Commission de Venise, un organe dépendant du Conseil de l'Europe, de "contrôler la légalité" du référendum annoncé pour cette fin de semaine par les russophones en Crimée, a précisé M. Höltgen.

La chancelière fédéral allemande Angela Merkel a déjà qualifié ce référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie d'"illégal".

Des experts du Conseil de l'Europe - qui regroupe 47 Etats, dont la Russie et l'Ukraine - doivent par ailleurs se pencher sur le sort des minorités, dont les Tatars de Crimée, a ajouté le porte-parole.

Un ancien président de la Cour européenne des droits de l'homme (bras juridique du Conseil), le britannique Sir Nicolas Bratza, a été chargé d'enquêter, en collaboration avec des experts locaux, sur les violations des droits de l'homme commises ces derniers mois à Kiev et dans d'autres villes ukrainiennes, a encore annoncé M. Höltgen.

Au moins 100 personnes ont été tuées lors du récent soulèvement, selon le gouvernement intérimaire ukrainien.

Cette visite à Kiev des représentants de l'institution paneuropéenne intervient alors que des observateurs d'une autre organisation intergouvernementale, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), se sont vus interdire ces derniers jours l'accès à la Crimée par des hommes armés brandissant des drapeaux russes.

Les objectifs principaux du Conseil de l'Europe, créé en 1949, et que la quasi-totalité des ex-pays communistes d'Europe de l'Est ont rejoint dans les années 1990, sont la défense de la démocratie, des droits de l'homme et de l'Etat de droit.

Thorbjorn Jagland s'était déjà rendu début décembre en Ukraine pour tenter de "réduire les tensions".

jh/mct/yo/fc

PLUS:hp