NOUVELLES
10/03/2014 07:00 EDT | Actualisé 10/05/2014 05:12 EDT

La Libye dit avoir le contrôle du pétrolier battant pavillon nord-coréen

TRIPOLI, Libye - Des responsables libyens ont affirmé que des forces gouvernementales ont saisi un pétrolier battant pavillon nord-coréen accosté à un terminal contrôlé par une milice régionale. Néanmoins, la milice a réfuté la prise de contrôle par le gouvernement.

La situation à al-Sidra, l'un des principaux terminaux pétroliers pour l'exportation de la Libye, a représenté un défi majeur pour le gouvernement central. Le port a été contrôlé depuis des mois par des combattants de l'est du pays réclamant plus d'autonomie régionale de la part de Tripoli. L'incident impliquant le pétrolier représente la première tentative de ces combattants de vendre du pétrole.

Adel al-Tarhouni, de la Cellule des opérations des révolutionnaires de Libye, une milice pro-gouvernementale, a affirmé que le capitaine du navire s'était rendu aux autorités lundi soir. Le navire a été entouré par une flottille pro-gouvernementale, qui aurait comporté des bateaux de pêcheurs armés de mortiers et des lance-roquettes, pendant deux jours.

Le ministre libyen de la Culture, Habib al-Ameen, a affirmé lundi en conférence de presse que le pétrolier était sous le contrôle des forces navales. Il a nié l'implication de milices du côté gouvernemental, soutenant que l'opération avait été menée par des «forces nationales». Le ministre a affirmé que ces forces avaient répliqué à une tentative de résistance, sans qu'il y ait de victimes.

M. Al-Ameen a ajouté que des problèmes techniques avaient empêché le retrait du pétrolier du port.

Mais Essam al-Jahani, affilié à la milice de l'est du pays, a réfuté la version gouvernementale. Il a soutenu que son groupe avait arrêté certains combattants pro-gouvernementaux.

Les versions opposées n'avaient pu être vérifiées dans l'immédiat.

Le premier ministre Ali Zidan, le Parlement et les miliciens se livrent une chaude lutte pour le pouvoir depuis la chute du dictateur Mouammar Khadafi à l'automne 2011.

PLUS:pc