POLITIQUE
10/03/2014 08:31 EDT | Actualisé 10/05/2014 05:12 EDT

Couillard abolirait 100 postes par année au ministère de l'Éducation

PC

Les libéraux de Philippe Couillard élimineraient 500 postes en cinq ans au ministère de l'Éducation s'ils étaient portés au pouvoir, pour réinvestir l'argent économisé dans les services aux élèves au primaire et au secondaire.

Le chef libéral a procédé à cette annonce lundi matin au Musée national des beaux-arts du Québec, dans la Vieille Capitale. Il était accompagné de son « trio » en éducation, les candidats François Blais, David Birnbaum et Hélène David.

Le PLQ abolirait aussi les 11 directions régionales du ministère de l'Éducation, des structures désormais « redondantes », qui n'ont plus de raison d'être, selon M. Couillard. Celles-ci comptent plus de 100 employés.

Les libéraux veulent toutefois maintenir les commissions scolaires, qui ont leur importance, selon eux, mais en « clarifiant leur rôle ». Il faut qu'elles continuent de s'acquitter de leurs tâches, et demeurent un « lieu de proximité », affirme le chef du PLQ. Philippe Couillard dit aussi croire en « l'autonomie » des écoles.

Services aux élèves

Le parti veut ainsi économiser au total près de 200 millions de dollars, qui seront réinvestis notamment dans la réussite scolaire, l'apprentissage des langues et les activités parascolaires.

Le PLQ veut renforcer l'aide aux devoirs et étendre des programmes comme ceux du Conseil régional de prévention de l'abandon scolaire (CREPAS), au Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui ont permis une réduction du décrochage. Philippe Couillard a aussi mentionné en point de presse l'importance du bénévolat chez les jeunes, et l'utilisation des nouvelles technologies dans l'apprentissage.

Les libéraux veulent aussi relancer la mise en oeuvre du programme d'anglais intensif en 6e année, en plus d'offrir des stages d'immersion en anglais et en français, par des échanges entre les commissions scolaires francophones et anglophones.

« Je rejette catégoriquement le présupposé péquiste selon lequel l'ignorance de l'anglais protège le français. Quelle bêtise. Il n'y a pas un parent au Québec qui ne souhaite pas que son enfant ait accès au bilinguisme dans le monde d'aujourd'hui », a dit le chef libéral.

Le slogan libéral en éducation est « réduire les structures, réinvestir dans nos écoles ».

Le chef du PLQ doit se rendre plus tard dans une école de Thetford Mines et participer ensuite à un rassemblement militant à Trois-Rivières.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les promesses en vrac