NOUVELLES
09/03/2014 10:14 EDT | Actualisé 09/05/2014 05:12 EDT

Ukraine: les autorités pro-russes de Crimée sont "légitimes" (Poutine)

Le président russe Vladimir Poutine estime que les autorités pro-russes de Crimée, qui vont organiser un référendum le 16 mars pour demander la rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie, sont "légitimes", a annoncé le Kremlin dimanche

Au cours d'entretiens téléphoniques avec la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique David Cameron, M. Poutine a "souligné en particulier que les mesures prises par les autorités légitimes de Crimée étaient basées sur les normes du droit international et visaient à protéger les intérêts légitimes de la population de la péninsule", a précisé le Kremlin dans un communiqué.

"Le président russe a aussi attiré l'attention de ses interlocuteurs sur l'absence de toute action des autorités actuelles à Kiev pour limiter les activités d'ultra-nationalistes et de forces radicales dans la capitale et dans de nombreuses régions", selon le communiqué.

La Russie ne cesse de répéter que la situation en Ukraine est hors de contrôle et que la population russophone est la cible de violences depuis la destitution le 22 février du président pro-russe Viktor Ianoukovitch et l'arrivée au pouvoir de dirigeants pro-européens. L'Occident estime qu'il n'y a aucune preuve de violences et accuse la Russie, dont les forces contrôlent de facto la Crimée, de se livrer à de la propagande.

"En dépit des différences d'approche de la situation, les interlocuteurs ont exprimé un intérêt commun dans la désescalade des tensions et la normalisation aussi vite que possible de la situation", a ajouté le Kremlin.

Le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, avait qualifié jeudi d'"illégitime" la décision du Parlement de Crimée de demander le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie, après une rencontre avec les dirigeants de l'Union européenne à Bruxelles.

M. Iatseniouk a également jugé que le référendum organisé en Crimée le 16 mars n'avait "aucun fondement légal".

bfi/ai

PLUS:hp