NOUVELLES
08/03/2014 11:01 EST | Actualisé 08/05/2014 05:12 EDT

Le chef de la CAQ refuse de s'engager à instaurer la parité au sein du cabinet

MONTRÉAL - François Legault, dont le parti est à la traîne en matière de candidatures féminines, écarte l'idée d'un conseil des ministres paritaire hommes-femmes.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) a fait valoir, en cette Journée internationale de la femme, que les députés devraient être sélectionnés d'abord et avant tout en fonction de leur compétence.

«Je pense qu'il faut prendre les gens les plus compétents. Et je pense que les femmes sont d'accord avec ça aussi», a-t-il dit avant de se retourner vers la douzaine de candidates et députées sortantes qui l'entouraient lors de sa conférence de presse.

À l'heure actuelle, 23 pour cent des candidats caquistes sont des femmes. Le parti traîne de la patte à ce chapitre par rapport à ses adversaires, comme c'était le cas lors des dernières élections générales.

La CAQ est-il un parti masculin qui a de la difficulté à recruter des femmes?

«Vous savez, j'ai été au Parti québécois, on se posait la même question. Quand on regardait les gens qui voulaient se présenter comme candidates, il y en avait toujours moins que le nombre de candidats. Ça reste un défi», a-t-il répondu.

Il a ensuite soutenu que l'élection de Pauline Marois, qui est devenue en 2012 la première femme à diriger le gouvernement du Québec, permettrait à beaucoup de femmes de s'intéresser à la politique.

«Dans ce sens-là, c'est une bonne chose que Mme Marois soit devenue première ministre pour convaincre les femmes que c'est possible de faire de la politique, parce que ça reste un défi au Québec», a suggéré le chef caquiste.

Toute la journée, samedi, l'autocar de François Legault est suivi par un minibus dans lequel prennent place ses candidates et députées sortantes.

Après avoir donné une conférence de presse tôt en matinée, il passe la journée sur la route dans la couronne nord de Montréal pour donner un coup de pouce dans des circonscriptions qu'il dit «prenables».

PLUS:pc