NOUVELLES
08/03/2014 01:56 EST | Actualisé 08/05/2014 05:12 EDT

Françoise David invite son adversaire Louise Mailloux à surveiller son langage

MONTRÉAL - La porte-parole parlementaire de Québec solidaire, Françoise David, ne se formalise pas tellement de l'attitude de son adversaire péquiste dans la circonscription de Gouin.

Selon le journal «La Presse», Louise Mailloux a accusé Mme David de «vendre du rêve», d'y aller de «promesses creuses» et de ne pas «livrer la marchandise».

La cible de ces attaques a indiqué qu'elle n'était pas réellement surprise par ces remarques. Selon Françoise David, «Louise Mailloux nous a habitués dans tous les débats autour de la laïcité à des attaques personnelles [...] et visiblement, elle continue de la même façon».

Mme David a tenu aussi à y aller d'une mise au point. Elle a dit que «les électeurs et les électrices de Gouin n'aiment pas tellement cette manière de débattre».

Elle a ajouté qu'elle entend, pour sa part, se contenter de critiquer «les positions» du Parti Québécois. Celle qui est de nouveau candidate dans la circonscription montréalaise de Gouin a promis qu'elle s'abstiendra de mener une «campagne dirigée directement contre Louise Mailloux».

La candidate solidaire a invité son adversaire à l'imiter et à modérer ses ardeurs. Elle a précisé que si Mme Mailloux applique son conseil, ce sera «à l'avantage des gens de Gouin qui sont habitués, depuis bien des années, à des débats vraiment respectueux sur la base des idées et des programmes».

Par ailleurs, Françoise David a laissé entendre qu'elle souhaite que les électeurs de sa circonscription résistent à l'opération de charme de Pauline Marois.

Vendredi et samedi, la chef péquiste a cherché à pousser les souverainistes de Gouin mais aussi ceux de Mercier et de Laurier-Dorion à se rallier derrière le Parti Québécois sous prétexte que cette formation est la seule à pouvoir mener à bien le projet d'indépendance.

Mme David n'a pas apprécié que la première ministre sortante joue dans ses plates-blandes et elle lui a reproché de moduler son discours en fonction de son auditoire.

«Lorsque Mme Marois va dans des comtés plus caquistes, elle parle beaucoup moins de souveraineté et si elle parle aux électeurs et électrices de Gouin, elle parle de souveraineté» a-t-elle noté.

Le 8 mars a aussi servi de prétexte à Françoise David, pour s'attaquer aux politiques sociales de Pauline Marois. Selon elle, les politiques péquistes minent l'égalité entre les hommes et les femmes. Elle a énuméré une liste des décisions du dernier gouvernement qui ont nui, selon elle, aux femmes: coupe dans l'aide aux plus démunies, hausse des tarifs en garderie, la charte «qui exclura du marché du travail de nombreuses femmes».

PLUS:pc