NOUVELLES
07/03/2014 10:07 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

Un journaliste danois basé à Beyrouth libéré après un enlèvement

Un journaliste danois basé à Beyrouth, et enlevé alors qu'il roulait vers la frontière syrienne, a été libéré après presque un mois de détention, ont annoncé vendredi plusieurs médias danois.

"Jeppe Nybroe avait été enlevé il y a près d'un mois, alors qu'il se trouvait dans la vallée de la Bekaa, dans l'Est du Liban près de la frontière syrienne", a indiqué la télévision publique DR, ancien employeur de ce journaliste indépendant de 40 ans.

Il "est dans un endroit sûr", a ajouté la chaîne.

La nouvelle de l'enlèvement, qui a eu lieu le 7 ou le 8 février selon les sources, avait été gardée secrète.

Un groupe libanais de lutte pour la liberté de la presse, le Centre SKeyes, a indiqué à l'AFP que le Danois avait été enlevé et libéré en même temps qu'un journaliste libano-palestinien qui l'accompagnait, Rami Aysha.

"On ne sait toujours pas où ils ont été capturés, la frontière aux alentours d'Arsal [un village libanais] n'est pas claire", a expliqué un membre de cette association, Ayman Mhanna.

Interrogé par l'AFP, le ministère danois des Affaires étrangères n'avait fait aucun commentaire vendredi après-midi.

Les médias danois ne précisaient pas l'identité des ravisseurs, indiquant seulement qu'ils étaient motivés par l'idée de négocier une rançon.

Pour M. Mhanna, les deux journalistes étaient vendredi dans la capitale libanaise aux mains des autorités. "C'est une procédure normale pour ce genre d'incident d'être ramené à Beyrouth pour être interrogés par des responsables de la sécurité après sa libération", a-t-il souligné.

Les deux journalistes avaient loué une voiture pour un reportage sur les enlèvements dans la région au moment d'en être victimes eux-mêmes, a affirmé le quotidien danois Politiken.

Rami Aysha avait déjà été la victime d'un premier enlèvement le 30 août, alors qu'il enquêtait sur des trafics d'armes, dans le sud de Beyrouth, un bastion du Hezbollah. Il avait été remis peu après aux autorités libanaises, qui l'avaient envoyé en prison.

Condamné en première instance à six mois de prison pour "achat d'armes à feu", il avait vu sa peine réduite en appel à deux semaines.

Jeppe Nybroe s'est fait connaître dans son pays comme présentateur de journal télévisé, avant d'être licencié par DR pour faute.

sah-nsb/hh/amp/abk

PLUS:hp