NOUVELLES
07/03/2014 11:00 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

Un avocat de l'armée américaine est soupçonné d'agressions sexuelles

WASHINGTON - L'armée américaine tente de faire la lumière sur des allégations d'agression sexuelle à l'endroit d'un officier responsable de la formation des procureurs militaires qui doivent gérer les dossiers d'agressions sexuelles et physiques.

Le lieutenant-colonel Joseph Morse est sous enquête pour avoir possiblement fait des attouchements à une autre avocate de l'armée en 2011, au moment où ils participaient tous deux à une formation sur les agressions sexuelles.

Le colonel Morse a été suspendu de ses fonctions en attendant les conclusions de l'enquête. Le militaire était responsable de la formation des 23 procureurs de l'armée qui gèrent les dossiers de victimes spéciales à travers le monde.

Jeudi, le Sénat américain a rejeté un projet de loi qui aurait dépouillé les hauts dirigeants militaires de leur pouvoir de traduire en justice les auteurs présumés de viols et d'autres crimes graves commis au sein de l'armée.

Le projet a reçu l'appui de 55 sénateurs, ratant de peu le seuil de 60 nécessaire pour son adoption. Quarante-cinq membres du Sénat ont voté contre.

La direction du Pentagone s'est vivement opposée à cette mesure, soutenant que les commandants devaient au contraire être davantage responsables du comportement des hommes et des femmes qu'ils dirigent.

Les partisans du projet de loi piloté par la sénatrice démocrate Kirsten Gillibrand assurent que ces changements au code de justice militaire sont essentiels pour mettre fin à la vague de viols et d'agressions sexuelles dans l'armée.

Le vote de jeudi est survenu au terme d'une année de campagne de la part de Mme Gillibrand, qui poursuivra probablement sa croisade en dépit de ce revers.

PLUS:pc