NOUVELLES
07/03/2014 06:21 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

Russie: un ex-ministre de la Défense amnistié discrètement avant les JO de Sotchi

L'ancien ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov, inculpé de "négligence" après un retentissant scandale de corruption, a été amnistié "discrètement" avant l'ouverture des jeux Olympiques de Sotchi début février, a révélé l'un de ses avocats à l'agence publique Ria Novosti.

"L'affaire de mon client Anatoli Serdioukov a été classée il y a un certain temps dans le cadre d'une amnistie", a déclaré l'avocat Guenrikh Pavda, selon des propos rapportés vendredi par Ria Novosti.

Limogé fin 2012 par le président Vladimir Poutine à la suite de plusieurs enquêtes pour fraude ouvertes à l'encontre d'une société affiliée au ministère de la Défense, M. Serdioukov a été inculpé de "négligence" en novembre 2013, avant d'être amnistié début 2014.

"Les enquêteurs et la défense ont alors convenu de ne pas révéler ce fait au grand public", afin d'éviter de provoquer "une effervescence dans l'opinion publique" juste avant l'ouverture le 7 février des JO de Sotchi, dans le sud de la Russie, a poursuivi l'avocat.

"Il valait mieux faire cela discrètement. C'était avant l'ouverture des jeux Olympiques, tout le monde était occupé par ça, on avait autre chose à faire, et cela ne pouvait que nuire" a expliqué M. Pavda.

M. Serdioukov était soupçonné d'avoir notamment ordonné des travaux d'aménagement d'un site privé dans le sud de la Russie et la construction d'une route y menant, avec des fonds du ministère de la Défense.

Ces travaux, qui ont occasionné un préjudice de plus de 56 millions de roubles (1,1 million d'euros) à l'Etat, avaient été effectués par des soldats pendant leur service.

Plusieurs responsables impliqués dans les malversations ont depuis été arrêtés. M. Serdioukov a pour sa part été entendu plusieurs fois comme témoin dans le cadre cette affaire.

Celle-ci a été l'une des plus retentissantes d'une série de poursuites lancées ces derniers temps en Russie contre des responsables accusés de corruption, un mal qui gangrène le pays et mine la confiance de la population.

M. Serdioukov a été embauché fin 2013 comme directeur d'une filiale de la holding publique de hautes technologies Rostec, chargée notamment des industries d'armement.

bfi/nm/ia

PLUS:hp