NOUVELLES
07/03/2014 06:07 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

Pipeline Enbridge : « C'est une très, très bonne nouvelle », dit Gilles Lehouillier

Le maire de Lévis est très heureux de la décision de l'Office national de l'énergie d'avoir permis l'inversion du pipeline Enbridge. Gilles Lehouillier soutient que cette décision va diminuer les risques de catastrophe ferroviaire à Lévis.

Il explique que le transport de pétrole lourd par train vers la raffinerie Jean-Gaulin sera considérablement réduit. Une fois acheminé par pipeline, le pétrole de l'Ouest canadien sera transporté de Montréal vers Québec par bateau.

Le maire de Lévis comprend l'inquiétude des citoyens. Il souligne que près de 300 000 personnes puisent leur eau potable à même le fleuve.

C'est pourquoi, dit-il, la Ville et la Communauté métropolitaine de Québec veilleront à ce que les conditions imposées à Enbridge par l'Office national de l'énergie soient respectées. Enbridge devra notamment s'assurer du bon état du pipeline et fournir un plan d'urgence en cas de déversement.

« On va suivre de près les actions des navires », assure-t-il. « On veut savoir quels types de matières seront transportés, à quelle cadence, etc. On veut également qu'on nous assure que nos prises d'alimentation en eau vont être protégées. »

La pétrolière Énergie Valero, propriétaire de la raffinerie Jean-Gaulin de Lévis, n'a pas l'intention d'augmenter sa capacité de production, qui demeurera à 260 000 tonnes de pétrole raffiné quotidiennement.

Le feu vert obtenu par Enbridge pour alimenter les raffineries du Québec et de l'Ontario à partir de pétrole de l'Ouest canadien est également salué par la Chambre de commerce de Lévis, la Conférence régionale des élus de Chaudière-Appalaches, la Table des préfets de la région de Chaudière-Appalaches et la Communauté métropolitaine de Québec. Il suscite toutefois l'inquiétude chez des groupes écologistes comme l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique et Greenpeace.

PLUS:rc