Huffpost Canada Quebec

Élections 2014 - Pauline Marois évoque l'indépendance du Québec comme ultime recours dans le dossier Enbridge

Publication: Mis à jour:
Print Article
ENBRIDGE OIL
CP

BLAINVILLE, Qc - La chef péquiste Pauline Marois a évoqué l'indépendance du Québec, vendredi, comme seul moyen pour garantir que le projet d'oléoduc d'Enbridge respectera les exigences de son gouvernement.

Mme Marois a relevé des différences significatives entre les conditions fixées par Québec et celles de l'Office national de l'énergie (ONÉ), pour que le projet aille de l'avant.

De passage à Blainville en marge de la campagne électorale, Mme Marois a rappelé que son gouvernement était d'accord avec l'inversion du flux de l'oléoduc 9B à certaines conditions, notamment les garanties financières en cas d'accident ou encore les tests de résistance qui devraient être faits sur le pipeline.

«Si Enbridge n'accepte pas ça, quels sont les autres moyens qui sont à notre disposition? Pour l'instant, ce qu'on me dit, c'est que c'est l'Office national de l'énergie qui a l'autorité sur cette question», a-t-elle dit.

Les producteurs agricoles estiment toutefois que le gouvernement du Québec peut et doit intervenir pour qu'Enbridge se plie aux recommandations de la Commission de l'agriculture, des pêcheries, de l'énergie et des ressources naturelles (CAPERN).

De leur côté, les groupes environnementaux estiment que le gouvernement Marois récolte ce qu'il a semé en adoptant la politique de la chaise vide et en refusant — pour des raisons politiques — d'aller défendre les recommandations de l'Assemblée nationale devant l'Office.

La CAPERN avait émis 18 recommandations pour permettre que le projet aille de l'avant, dont la création d'un fonds d'urgence de 1 milliard $ en cas de déversement et l'obligation de mener des tests hydrostatiques avant l'inversion et d'en rendre publics les résultats, deux conditions jugées importantes et qui n'ont pas été retenues par l'Office.

Pauline Marois a affirmé que des démarches seront tentées pour obtenir des engagements de la part de l'entreprise albertaine, mais elle a souligné que les autorités québécoises n'ont aucun pouvoir sur ce projet.

«C'est l'ONÉ qui a l'autorité sur Enbridge pour qu'elle puisse ou non inverser le pipeline, a-t-elle dit. Dans un État indépendant, et libre, et souverain, c'est nous qui poserions les conditions.»

Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, estime que l'argumentaire de la première ministre ne tient pas la route. Et selon lui, Mme Marois ne peut simplement «faire sa Ponce Pilate et se laver les mains» face à cette décision.

«Si elle veut faire respecter les exigence minimales de l'ONÉ, elle pourrait utiliser des leviers, par exemple exiger des redevances», a-t-il suggéré en entrevue téléphonique.

Et sa réaction concernant la différence entre les conditions de Québec et de l'ONÉ «n'est pas crédible». Il dit avoir observé, en commission parlementaire, «un appui très senti» au projet.

De son côté, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a indiqué qu'il était d'accord avec le principe d'ouvrir les portes à une source d'énergie additionnelle au Québec, puisque cela pourrait avoir un effet à la baisse sur les prix de l'énergie.

Il ne faut cependant pas que le tout se fasse au détriment de l'environnement et de la sécurité des citoyens, ni celui des intérêts des Québécois.

«Ce que je comprends, c'est que le projet n'est pas prévu, en tout cas officiellement, pour passer sur le territoire du Québec et éventuellement aller dans des bateaux à l'extérieur. Si c'est le cas, il devrait y avoir une redevance payée au Québec», a fait valoir le chef caquiste, de passage à Montréal dans le cadre de la campagne électorale.

Le président de l'Union des producteurs agricoles, Marcel Groleau, a contesté l'interprétation de Mme Marois à l'effet que la décision ne relève que de l'ONÉ.

«Le gouvernement du Québec a quand même toujours un pouvoir. C'est notre territoire et le ministère de l'Environnement doit être impliqué», a-t-il affirmé, rappelant que le pipeline traverse plus de 200 terres agricoles dont les propriétaires ont toutes les raisons d'être inquiets.

«Ce pipeline est en opération depuis 1976. C'est ça qui inquiète le plus. J'ai entendu cette semaine qu'Enbridge va changer un tronçon d'un pipeline qui a 40 ans d'âge. On arrive au 40 ans ici aussi», a-t-il dit.

La semaine dernière, M. Groleau se trouvait aux côtés du maire de Montréal et président de la Communauté métropolitaine, Denis Coderre, qui avait promis de s'opposer au projet d'inversion si les 18 recommandations de la CAPERN n'étaient pas suivies.

«J'ai dit oui, mais... Si le "mais" n'est pas respecté, ça va être non», avait alors déclaré le maire Coderre. Or, cette fermeté ne semble plus aussi rigide au lendemain de la décision de l'ONÉ.

Dans un communiqué diffusé jeudi soir, M. Coderre a déploré l'absence de fonds d'urgence, mais a ajouté que «les municipalités du Grand Montréal resteront vigilantes au cours de la réalisation du projet ainsi que pendant l'exploitation de l'oléoduc», laissant ainsi entendre qu'il se trouvait devant un fait accompli sans jamais faire référence à son «non» de la semaine dernière.

Sans surprise, le directeur général d'Équiterre, Sidney Ribaux, a condamné la décision de l'Office, comme l'ont fait plusieurs groupes environnementaux: «Les conditions ne répondent pas à nos demandes et ne sont pas suffisamment contraignantes selon nous».

M. Ribaux n'est toutefois guère surpris de cette décision, estimant qu'elle est le résultat des nouvelles règles mises en place par le gouvernement conservateur de Stephen Harper qui a confié à l'Office le volet d'évaluation environnementale alors qu'il n'est pas outillé pour le faire.

«Le gouvernement Harper a mis en place le cadre réglementaire qui faisait l'affaire du secteur pétrolier et qui atteignait ses objectifs de développer le secteur des sables bitumineux de l'Ouest. (...) Une fois cela dit, est-ce que l'Office aurait pu imposer davantage de contraintes à Enbridge? Oui, certainement», a soutenu M. Ribaux.

Les milieux d'affaires, qu'il s'agisse des différentes chambres de commerce, du Conseil du patronat du Québec (CPQ), de Manufacturiers et exportateurs et même du Conseil provincial des métiers de la construction, ont accueilli très favorablement la décision pour des raisons de développement économique.

Cependant, les gens d'affaires sont aussi préoccupés par les garanties réclamées par le milieu. Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, a déclaré que le projet «doit s'accompagner de mesures irréprochables et transparentes en matière de sécurité, tant pour la population que pour l'environnement».

M. Leblanc s'est aussi dit d'avis qu'Enbridge «devra prendre en compte les recommandations exprimées par l'Assemblée nationale du Québec».

À lire aussi sur le HuffPost Québec

La campagne électorale en images
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Marois évoque l'indépendance à propos d'Enbridge

Cote de crédit du Québec: Marois se moque de Bloomberg

Élections 2014: Québec solidaire demande aux Québécois de «voter avec leur ...

Exploitation des hydrocarbures. Mais que se passe-t-il au Québec?

À Ottawa de donner le feu vert, dit TransCanada

Marois cites pipeline as example of need for Quebec sovereignty

Une stratégie à deux volets

Influx of Alberta oil through Montreal raises concerns

Enbridge balks at claims Energy East pipeline boon for Quebec refineries

Pauline Marois - Blogues et carnets | Radio-Canada.ca