NOUVELLES
07/03/2014 10:18 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

Odigeo (eDreams, Opodo) en Bourse pour grandir encore dans le voyage en ligne

Le numéro un européen du voyage en ligne Odigeo, qui regroupe Go Voyages, Opodo et eDreams, devrait entrer à la Bourse de Madrid dans les prochaines semaines, devenant ainsi la plus grosse entreprise de commerce électronique cotée en Europe.

"Avec cette entrée en Bourse, nous placerons la première entreprise européenne dans le top 5 du classement mondial des ventes de voyage en ligne, là où auparavant il y avait seulement des entreprises américaines et chinoises", explique dans un entretien à l'AFP le directeur général d'Odigeo, Javier Pérez-Tenessa.

L'opération, annoncée jeudi, ne dévoile pas de calendrier précis mais "nous sommes dans un processus déjà bien avancé, nous travaillons dessus depuis septembre" et l'étape de publication du projet jeudi "permet de passer à une des derniers phases du processus", indique-t-il.

Selon la presse espagnole, l'introduction en Bourse, qui valoriserait l'entreprise autour d'1,5 milliard d'euros, aurait lieu dès avril.

Ce serait la première en Espagne, un des pays en Europe les plus frappés par la crise, depuis celle en 2011 de Bankia, depuis nationalisée.

Une belle performance pour "une entreprise qui a commencé à partir de zéro il y a quatorze ans: elle n'était rien et au bout de quatorze ans nous faisons entrer en Bourse une entreprise innovante" qui est déjà "le numéro un mondial dans la vente de billets d'avion" en ligne, souligne Javier Pérez-Tenessa.

Avec son entrée en Bourse, elle serait en outre "la plus grosse entreprise de commerce électronique cotée en Europe, par les bénéfices".

L'histoire d'Odigeo, ce sont d'abord trois histoires en parallèle: celles de Go Voyages, eDreams et Opodo, qui ont chacune pris du poids au fil des années avant de fusionner en 2011.

Désormais le groupe, qui emploie plus de 1.500 personnes (dont plus de 650 en Espagne et 320 en France) et dont les fonds Permira et Adrian (ex-Axa Private Equity) possèdent ensemble la majorité du capital, est présent dans 42 pays et compte plus de 14 millions de clients.

Les fonds "garderont une part majoritaire de leur participation", explique Javier Pérez-Tenessa, détaillant l'opération, qui se fera en deux temps: une émission de nouvelles actions pour 50 millions d'euros puis une vente de titres déjà existants qui apportera "la plus grande partie" du capital, jusqu'à 425 millions selon le quotidien El Economista.

"Je pense que c'est un bon dossier", commente Thibaut de Smedt, directeur associé de la banque d'affaires Bryan, Garnier & Co.

"Pour le groupe, cela démontre la stratégie de poursuivre la croissance et d'aller la financer sur le marché", et, chez les investisseurs, animés par un regain d'optimisme, "il y a de l'appétence pour des dossiers de croissance dans ce domaine-là".

"Il y a un autre dossier qui va arriver sur le marché européen dans le même secteur", ajoute-t-il, expliquant qu'il s'agit d'un autre concurrent que Rumbo Bravofly, qui a déjà indiqué qu'il se prononcerait d'ici un mois sur une éventuelle entrée en Bourse.

"La stratégie du groupe est de consolider sa position de numéro un mondial sur la vente en ligne de vols d'avion, tout en augmentant son chiffre d'affaires généré par les autres produits (hôtels et locations de voitures, par exemple, NDLR), via des partenariats avec des spécialistes leaders dans leur domaine", indique Odigeo, car les marges sont faibles dans la vente de vols secs.

A la fin décembre 2013, sur les neuf premiers mois de son exercice décalé, Odigeo avait enregistré 7,3 millions de réservations, une marge de 311,9 millions d'euros (+16% sur un an) et un bénéfice opérationnel récurrent de 88,9 millions (+11%), pour un volume d'affaires de 3,26 milliards (+5%).

Son entrée en Bourse devrait lui permettre de grandir encore, prévoyant déjà "de saisir les opportunités face à des cibles intéressantes".

"En Europe, ce n'est pas un secteur simple" mais Odigeo "est un des acteurs qui tire son épingle du jeu", remarque Thibaut de Smedt: le voyage en ligne "est un secteur très segmenté et il y aura de la consolidation", prévoit-il.

Odigeo, qui inclut aussi les sites Liligo et Travellink, serait également coté sur les Bourses de Barcelone, Bilbao et Valence.

ka/sg/bap

AXA

JP MORGAN CHASE & CO

DEUTSCHE BANK

PLUS:hp