NOUVELLES
07/03/2014 10:06 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

L'opposant malais Anwar Ibrahim écope de cinq ans de prison

KUALA LUMPUR, Malaisie - Un tribunal malais a condamné l'opposant Anwar Ibrahim à cinq ans de prison pour sodomie, vendredi, renversant un acquittement précédent et mettant en péril sa carrière politique.

M. Anwar a promis de porter la décision en appel devant le plus haut tribunal du pays.

Il a ensuite accusé le gouvernement du premier ministre Najib Razak d'avoir orchestré sa condamnation et l'a menacé d'être confronté à la colère populaire.

Le tribunal a permis à M. Anwar de demeurer en liberté en attendant que son appel soit entendu.

L'homme de 66 ans incarne la menace la plus importante à M. Najib, qui a vu sa popularité faiblir lors des deux derniers scrutins. M. Anwar devra renoncer à son siège parlementaire et purger sa peine de prison si son appel est rejeté. Il serait ensuite inadmissible à briguer les suffrages pendant les cinq années suivant sa libération.

La sodomie, même entre adultes consentants, est illégale en Malaisie et passible de 20 ans de prison.

Des groupes internationaux de défense des droits de la personne affirment que les accusations contre M. Anwar sont motivées politiquement.

M. Anwar est accusé d'avoir sodomisé un de ses conseillers en 2008. Il avait été blanchi en 2012, mais le gouvernement avait porté cette décision en appel.

Le juge de la Cour d'appel Balia Yusof Wahi a déclaré vendredi que la décision du tribunal inférieur de l'innocenter était incorrecte. «Nous accueillons unanimement cet appel et nous rejetons la décision de la Haute-Cour, a-t-il dit. (Anwar) est reconnu coupable et condamné à cinq ans de prison.»

Le verdict a provoqué un tollé dans la salle d'audience et généré un avalanche d'appuis pour M. Anwar sur Twitter. Sa femme et ses enfants étaient en larmes et des dizaines de ses partisans ont crié «Libérez Anwar!» à l'extérieur.

«C'est un signal clair au peuple de Malaisie qu'ils (les dirigeants) ne sont pas intéressés au malaise économique (du pays) (...) mais qu'ils sont intéressés à éliminer leur adversaires politiques, a dit M. Anwar. Ils veulent détruire la carrière politique d'Anwar mais ils sous-estiment la colère du peuple.»

Le gouvernement a souligné par voie de communiqué que l'appareil judiciaire est indépendant et que le dossier était entre les mains de la justioce et non du gouvernement.

La condamnation signifie que M.Anwar sera incapable de briguer les suffrages dans l'État de Selangor, un des quatre contrôlés par l'opposition, plus tard ce mois-ci. En cas de victoire, il auraitvraisemblablement été nommé ministre en chef de Selangor, ce qui aurait renforcé la position de l'opposition.

Le verdict de vendredi n'est que le plus récent chapitre d'une longue querelle entre M. Anwar et le pouvoir.

PLUS:pc