NOUVELLES
07/03/2014 03:56 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

Les pertes d'emplois en février font de l'ombre au PQ

Quelque 26 000 emplois se sont perdus en février, révèle Statistique Canada vendredi. Les adversaires de la chef du Parti québécois s'en servent pour l'attaquer, parlant d'un « effet Marois » sur l'économie.

« C'est un gouvernement qui ne s'occupe pas d'économie, qui ne se concentre pas sur les véritables enjeux, qui crée des enjeux imaginaires pour distraire l'attention des Québécois », a réagi le chef du Parti libéral, Philippe Couillard.

« Ce n'est pas acceptable! Je ne veux plus ça. Les Québécois ne veulent plus ça. Ils veulent un gouvernement qui s'occupe des véritables enjeux : avoir un emploi de qualité qui met de l'argent, du pain et du beurre sur la table », ajoute-t-il.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, se dit inquiet du climat économique actuel. Il affirme que des gens d'affaires lui ont fait part de leurs préoccupations. « Dans les deux autres partis, les candidatures qu'on a annoncées, ce sont des banquiers et des économistes. De notre côté, on a des gens d'action qui ont déjà créé de vrais emplois », souligne-t-il.

Selon lui, Pauline Marois est « déconnectée ». « Depuis an, on a perdu 50 000 emplois à temps plein. C'est quand même très grave et Mme Marois se promène cet après-midi et dit : "Ben voyons donc, tout va bien!" Comme si elle était sur une autre planète », dit-il.

La chef du PQ se défend en affirmant que les données mensuelles sont volatiles et qu'il vaut mieux se pencher sur les statistiques annuelles. En 2013, par exemple, 48 000 emplois ont été créés, même si 13 000 emplois s'étaient perdus en début d'année, note-t-elle. Elle omet toutefois de préciser que ce sont principalement des emplois à temps partiel.

Le taux de chômage au Québec atteint maintenant 7,8 %, contre 7 % dans l'ensemble du Canada.

Mme Marois a enchaîné vendredi les annonces de candidates-vedettes :

PLUS:rc