NOUVELLES
07/03/2014 04:38 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

Les Etats-Unis proches de la tyrannie, accuse un prétendant présidentiel

Le sénateur républicain Rand Paul, prétendant officieux à la Maison Blanche en 2016, a accusé vendredi Barack Obama d'avoir mis les Etats-Unis sur la voie de la tyrannie dans un discours ovationné par des milliers de conservateurs.

"Imaginez un jour où la Maison Blanche sera à nouveau occupée par un ami de la liberté", a déclaré devant une salle comble Rand Paul, 51 ans, à la conférence annuelle du mouvement conservateur (CPAC), près de Washington.

Fils de l'ancien candidat à la présidentielle Ron Paul, Rand Paul est une figure du mouvement libertaire aux Etats-Unis, défenseur intransigeant des libertés individuelles et partisan d'une réduction draconienne du rôle de l'Etat.

Il est l'un des parlementaires les plus critiques de la NSA, et a vu sa notoriété renforcée il y a un an en prononçant un discours de 13 heures au Sénat contre l'opacité des règles d'engagement de drones par les Etats-Unis.

"Serons-nous des lemmings se précipitant dans les bras de Big Brother?", a-t-il lancé vendredi, en multipliant les références à la Constitution. "Un grand président nous aurait protégé des yeux fureteurs de la NSA. Un grand président aurait dit: je ne le tolèrerai pas, la Constitution ne le tolèrera pas".

"Tous ceux qui ont fait partie d'une minorité, de pensée ou de religion (...) devraient être alarmés qu'un Etat puisse concevoir d'emprisonner sans procès", a aussi dit Rand Paul, évoquant les détenus de Guantanamo.

"Si le pouvoir exécutif peut déclarer la guerre, détenir des citoyens sans procès, amender les lois (...), alors un Etat libéré de la loi ne devient rien de moins qu'une tyrannie", a dit l'élu. "Nous vous défierons en justice, nous vous combattrons dans les urnes et, M. le président, nous ne vous laisserons pas déchiqueter la Constitution!".

Toutes les figures de la droite américaine se rendent à CPAC, et nombre d'entre elles pourraient se présenter aux primaires présidentielles de 2016: les sénateurs Marco Rubio et Ted Cruz, et les gouverneurs Chris Christie et Rick Perry ont chacun prononcé des discours.

Le champion de la droite chrétienne Rick Santorum a aussi été très applaudi vendredi, en appelant les républicains à plus se préoccuper des Américains les plus modestes, au lieu des chefs d'entreprises et des contribuables les plus aisés.

ico/mdm

PLUS:hp