NOUVELLES
07/03/2014 08:27 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

La Cour pénale internationale condamne un rebelle congolais

LA HAYE, Pays-Bas - La Cour pénale internationale a reconnu, vendredi, un leader rebelle congolais coupable des accusations qui pesaient contre lui en lien avec un attaque commise en 2003.

Germain Katanga a été reconnu coupable de viol, d'esclavage sexuel et d'avoir eu recours à des enfants-soldats lors d'une attaque perpétrée le 24 février 2003 contre le village stratégique de Bogoro. Quelque 200 civils avaient été abattus ou massacrés à coups de machettes, pendant que les femmes étaient violées ou réduites en esclavage sexuel.

Katanga est seulement le deuxième individu à être reconnu coupable depuis que le tribunal a été créé en 2002. Un autre ancien leader rebelle accusé en même temps que lui, Mathieu Ngudjolo, a été blanchi en décembre 2012.

Lors d'un verdict majoritaire à 2 contre 1, le CPI a déterminé que Katanga a joué un rôle important dans l'attaque contre Bogoro en armant les combattants rebelles et en renforçant la force de frappe de la milice, a dit le juge président Bruno Cotte.

Les accusations contre Katanga avaient été réduites il y a quelques mois.

La juge belge Christine Van den Wyngaert est d'avis que ce changement portait atteinte aux droits de Katanga, notamment en l'empêchant de se défendre adéquatement, et c'est pour cette raison qu'elle a voté contre sa condamnation.

PLUS:pc