NOUVELLES
07/03/2014 03:36 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

GB: le chef de l'antiterrorisme suspendu après un rapport le mettant en cause

Le responsable des services antiterroristes de Scotland Yard a été suspendu temporairement de ses fonctions vendredi, après la publication d'un rapport accablant pour la police sur le meurtre raciste d'un jeune Noir remontant à 1993.

Richard Walton est soupçonné d'avoir eu une conduite inappropriée alors qu'il contribuait à l'enquête publique destinée, cinq ans après les faits, à faire la lumière sur le comportement de la police dans cette affaire qui a provoqué une immense émotion dans le pays.

Dans un communiqué lapidaire, Scotland Yard a indiqué que Richard Walton était "temporairement suspendu de son poste de chef de l'unité antiterroriste", pour occuper un "rôle non-opérationnel".

La commission indépendante des plaintes contre la police (IPCC), la police des polices, a été saisie, ajoute le communiqué.

Cette décision est la conséquence directe de la publication jeudi d'un rapport mettant en cause l'action de Richard Walton dans le cadre de précédentes fonctions au sein de la police.

Le rapport a révélé que la police avait espionné les parents de Stephen Lawrence, un jeune Noir de 18 ans tué à coups de couteau par un groupe de Blancs à un arrêt de bus du sud de Londres le 22 avril 1993.

Ce crime est resté impuni pendant près de vingt ans --avant de finalement déboucher sur la condamnation de deux hommes en 2012--, à la suite d'une enquête défaillante de la police, accusée d'être "institutionnellement raciste" dans un premier rapport publié en 1999 au terme d'une enquête publique.

En 1998, alors qu'il était chargé de rassembler des éléments pour soumettre la version de la police à cette enquête publique, Richard Walton avait rencontré l'un des agents de la police qui s'était infiltré secrètement dans l'entourage de la famille Lawrence.

Le rapport de jeudi a jugé cette rencontre "complètement inappropriée", et critiqué les versions contradictoires données par Richard Walton.

"Nous avons trouvé la position de M. Walton à propos de cette réunion compliquée à établir et pour le moins troublante", écrit l'auteur du rapport, l'avocat Mark Ellison.

Le rapport Ellison, en plus de révéler que la police avait espionné la famille de Stephen Lawrence, a fait état de soupçons de corruption pesant sur l'un des policiers chargés d'enquêter sur le meurtre.

Le chef de Scotland Yard, Bernard Hogan-Howe, a jugé vendredi le rapport "dévastateur", affirmant qu'il s'agissait de l'un des "pires jours" de sa carrière, dans une interview à l'Evening Standard. Il s'est engagé à restaurer la "confiance" du public dans la police.

La ministre de l'Intérieur Theresa May, estimant que la réputation de la police était "endommagée", a annoncé jeudi une enquête publique sur les opérations secrètes de la police.

alm/dh/mr

PLUS:hp