NOUVELLES
07/03/2014 12:30 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

GB : lourde amende pour une organisation pro-avortement pour "violation" de données personnelles

La principale organisation à pratiquer des avortements au Royaume-Uni s'est vu infliger vendredi une amende de 200.000 livres (243.000 euros ou 335.000 dollars) pour ne pas avoir protégé les données de milliers de patientes, auxquelles un pirate informatique a eu accès.

L'autorité britannique chargée de la protection des libertés individuelles (Information Commissionner's Office, ICO) a estimé que l'organisation British Pregnancy Advisory Service (BPAS) "n'avait pas réalisé que son site contenait" les noms, adresses, dates de naissance et numéros de téléphone de femmes demandant à être rappelées pour des conseils.

BPAS "n'a pas non plus réalisé que son site internet n'était pas assez protégé", a ajouté dans un communiqué l'ICO, qui a condamné à une amende de 200.000 livres l'organisation pour "violation grave" de la loi sur la protection des données.

"L'ignorance n'est pas une excuse", a jugé l'ICO. "C'est impardonnable surtout pour une organisation qui dispose d'informations aussi sensibles."

En 2012, le pirate informatique James Jeffery avait menacé de publier la liste des personnes qui avaient demandé au BPAS des conseils pour un avortement, une grossesse ou un moyen de contraception.

Le jeune homme avait été condamné, en avril 2012, à deux ans et huit mois de prison pour avoir dérobé des milliers de données informatiques contenant des informations personnelles. Il avait alors expliqué être "en désaccord" avec la décision de deux connaissances qui souhaitaient mettre un terme à leurs grossesses.

BPAS a qualifié de "disproportionnée" l'amende de 200.000 livres, affirmant que le pirate informatique n'avait pas obtenu les dossiers médicaux des patientes.

"Nous reconnaissons qu'aucun pirate informatique n'aurait dû pouvoir voler nos données, mais nous sommes atterrés par l'ampleur de l'amende, qui ne reflète pas le fait que BPAS a de fait été victime d'une grave infraction de la part d'une personne qui ne partage pas ce que nous faisons", a déclaré la directrice générale de l'organisme, Ann Furedi. Elle a prévu de faire appel de la décision de l'ICO.

Plus de 55.000 femmes sont prises en charge chaque année par le BPAS, qui dispose de 19 cliniques et 36 centres de consultations au Royaume-Uni.

bed/dh/sym

PLUS:hp