Longtemps champions des voyages à l'étranger, les Allemands passent de plus en plus leurs vacances en Allemagne, un pays qui attire aussi toujours plus de touristes du monde entier, grâce à Berlin notamment.

"Nous observons ce phénomène depuis plusieurs années. Il a commencé avec la Coupe du Monde 2006 en Allemagne", indique Herbert Lechner, de l'institut allemand d'études de marché Gesellschaft für Konsumforschung (GfK).

"Cet événement crucial a fait apparaître l'Allemagne sous un jour totalement différent", estime le secrétaire général de l'organisation mondiale du tourisme (OMT), Taleb Rifai.

Sous un soleil le plus souvent radieux, les matchs joués dans douze villes différentes ont contribué à faire découvrir un pays passionné de football, arrivé troisième de la compétition, et qui, pour la première fois depuis la chute du IIIe Reich, se montrait désinhibé quant à sa fierté patriotique et agitait son drapeau naturellement comme toutes les autres nations.

En 2013, la barrière des 70 millions de nuitées de visiteurs étrangers a été franchie pour la première fois en Allemagne (à 71,6 millions, soit une hausse de 4% par rapport à 2012), selon l'Office fédéral des statistiques.

Pays de foires et salons internationaux, comme celle de l'industrie à Hanovre au printemps, ou du livre à Francfort à l'automne, l'Allemagne accueillait depuis des décennies un nombre conséquent d'hommes d'affaires, venus du monde entier. Mais désormais, les étrangers y passent aussi leurs vacances.

Pour 2014, l'Office national allemand du tourisme (ONAT) table sur une progression de 1 à 3% du nombre de nuitées. Et "en 2020, nous considérons le chiffre de 80 millions de nuitées comme tout à fait réaliste", avance Petra Hedorfer, présidente du Comité directeur de l'ONAT.

"L'Allemagne va attirer de plus en plus de vacanciers. Il y a des fondements solides", pronostique également M. Rifai.

En 2012, elle occupait le 7e rang des pays les plus visités dans le monde, loin cependant derrière la France, les USA, la Chine, l'Espagne et l'Italie, d'après les statistiques de l'OMT.

Véritable aimant à touristes, Berlin est devenu grâce à ses prix modiques un lieu prisé des jeunes fêtards. C'est aussi la capitale la plus marquée par les soubresauts de l'histoire européenne du 20e siècle: montée et chute du nazisme puis partition de l'Europe durant la Guerre froide.

L'an passé, elle a inscrit un nouveau record de visiteurs: 11,3 millions, une hausse de 4,4% par rapport à 2012, selon l'office statistique régional. L'hébergement a grimpé de 8,2% à 27 millions de nuitées, là aussi un record.

Près de 40% des touristes qui ont visité Berlin venaient de l'étranger, Polonais (+19%), Russes (+14%) et Britanniques (+11%) affichant les plus fortes progressions. Ces derniers étaient aussi les plus nombreux en valeur absolue (450 600).

Quant au vacancier allemand, même s'il continue de fréquenter les plages ensoleillées de Majorque, il apprécie de plus en plus son pays.

Selon une étude de la GFK, près d'un séjour sur deux des Allemands (à partir d'une nuitée) a eu lieu en Allemagne en 2013.

"Cela s'explique par des éléments conjoncturels, comme les troubles en Egypte, en Tunisie, qui ont dissuadé certains vacanciers, mais aussi par des éléments structurels: la population vieillit et rechigne à partir loin, préférant par exemple les cures à la découverte du monde", estime M. Lechner.

L'Office allemand des statistiques chiffre à environ 339 millions le nombre de nuitées passées par les Allemands dans les 35.000 hôtels et plus de 20.000 autres lieux d'hébergements -- pensions ou campings -- du pays.

Outre les villes allemandes visitées pour leur patrimoine culturel, les stations balnéaires de la Mer du Nord et de la Baltique, ou les Alpes bavaroises comptent parmi les destinations préférées.

En 2013, les vacanciers allemands ont aussi dépensé 5% de plus qu'en 2012, selon la GfK, qui attribue cela au faible taux de chômage dans le pays, les consommateurs ne craignant pas pour leur emploi.

Loading Slideshow...


Loading Slideshow...
  • La Villa Hamster, Nantes, France

    « Puis-je me mettre à la place de mon hamster ? » interroge le site internet de cet étrange gîte situé dans une ruelle de <a href="http://www.fodors.com/world/europe/france/brittany/nantes/" target="_blank">Nantes</a>. Si cette question vous hante, La <a href="http://uncoinchezsoi.net/lieux/la-ville-nantes/la-villa-hamster/" target="_blank">Villa Hamster</a> a la réponse – et au vu de ses salles de bain en bois, de ses lits paillasse, de ses gigantesques bonbonnes d'eau utilisables avec les pieds, et de ses très romantiques roues à hamster pour deux, la réponse semble être oui. Oui, vous pouvez être un hamster le temps d'une nuit si c'est ce que vous voulez, et ce jusqu'à la fourrure : à l'accueil, il est fourni à chaque nouvel arrivant un masque de hamster.

  • Tree bubble, France

    Vivre dans une bulle, ce n'est pluss juste bon pour Glenda la Sorcière. En France, il est possible d'en faire l'expérience pour au moins une nuit en réservant une place dans les chambres gonflables du designer Pierre Stéphane Dumas. Les refuges transparents et surréalistes flottent aux quatre coins de la France dans huit sites naturels, dont le château de la Forêt, datant du XVIe siècle. Les pensionnaires ont différents choix d'intimité (des bulles semi-transparentes sont disponibles) et de taille (une « suite bulle » peut être créée en combinant une petite bulle avec une grande, ou une « grande suite » en reliant deux lits doubles). Et grâce à un filtre protégeant des insectes, de la moisissure et des allergènes, et d'un revêtement plastique anti UV, ces orbes glamours fournissent une protection contre les éléments bien plus élevée que celle d'une vraie bulle.

  • Grand Canyon Caverns Suite, Arizona

    Pour ce qui est de l'intimité, difficile de battre le <a href="http://www.gccaverns.com/rooms-packages/the-grand-canyon-caverns-cavern-motel-room/" target="_blank">Grand Canyon Caverns Suite</a>, qui, à plus de 200 mètres sous terre, est tellement loin de la surface et dépourvu de toute lumière naturelle, que rien, absolument rien n'y vit. Parce qu'il est situé à l'intérieur d'une caverne, l'air qu'on y respire est sec et pur ; et, avec ses lits, espaces de vie et salles de bains, la caverne est parfaitement indiquée pour la vie humaine. De fait, elle servait d'abri atomique pendant la Guerre Froide, capable d'accueillir 2000 survivants pendant un mois. Aujourd'hui, elle fait partie d'un plus grand complexe de 48 chambres dans le <a href="http://www.fodors.com/world/north-america/usa/arizona/grand-canyon/" target="_blank">Grand Canyon</a> et s'avère être une manière unique de découvrir un des vestiges les plus préservés de la planète.

  • Propeller Island, Berlin

    Si un hôtel pouvait résumer l'aspect avant-gardiste de Berlin, ce serait le <a href="http://www.propeller-island.de/" target="_blank">Propeller Island City Lodge</a>. Si le mot « hôtel » ne figure pas dans son nom, c'est pour une raison simple : un séjour à Propeller Island donne l'impression de passer la nuit dans une œuvre d'art. Chaque chambre possède une ambiance radicalement unique, fruit du travail de l'artiste allemand Lars Stroschen, dont une cellule de prison avec des lits en forme de cercueil, une suite couverte de fragments de miroir, et une chambre où le mobilier à l'envers pend au plafond tandis que l'on s'installe dans son lit creusé dans le sol.

  • Save the Beach, divers endroits

    Qui croirait qu'un hôtel littéralement fait de déchets aurait des amateurs aussi haut placés que Bar Refaeli et Helena Christensen ? Apparemment, l'artiste allemand HA Shult a imaginé un futur glamour dans le recyclage des détritus en hôtel – son<a href="http://www.coronasavethebeach.org/en/el-hotel/" target="_blank"> hôtel mobile</a>, d'abord placé à Rome en 2010 puis à Madrid en 2011, est fait de 12 tonnes de détritus trouvés sur les plages d'Europe. L'idée est de revitaliser les plages d'Europe en les nettoyant, et l'hôtel en est la vibrante manifestation, avec ses murs couverts d'un éventail allant de bouteilles en plastique et cannettes écrasées à des instruments abandonnés et des membres des corps désarticulés de mannequins.

  • Sala Silvermine Underground Suite, Suède

    Tout ce qui brille n'est pas or. Parfois c'est de l'argent. Même s'il est difficile de savoir s'il y a assez de lumière à 600 mètres sous terre pour discerner la lueur de quoi que ce soit. 600 mètres, c'est la profondeur de la Sala Silvermine Underground Suite, et ne serait-ce que pour son statut d'hôtel le plus profond du monde, cette unique chambre est hallucinante. Celle-ci est creusée dans une ancienne mine d'argent datant du XVIIIe siècle et équipée d'un mobilier en argent. Les arrivants ont droit à une visite rapide puis sont laissés pour la nuit dans leur chambre à 30°C. Pas une suite pour les faibles du cœur.

  • Dog Bark Park Inn, Idaho

    Ça a la taille d'un rocher, les couleurs de Snoopy, et on peut y passer la nuit. C'est une sorte de chien de Troie, situé dans les pâturages de l'Idaho, accompagné de toilettes en forme pompe à eau géante. Le <a href="http://dogbarkparkinn.com/" target="_blank">Dog Bark Park Inn</a> est un beagle haut de neuf mètres nommé « Sweet Willy » qui accueille un monde merveilleux basé sur le thème du chien, ainsi que 26 chiens sculptés et des cookies en forme de chiens. Les résidents dorment dans une chambre simple avec un lit et une annexe avec deux lits jumeaux. Probablement la niche la plus mignonne dans laquelle vous dormirez jamais.

  • The Balancing Barn, Angleterre

    Les vacances sont faites pour trouver l'équilibre entre travail et plaisir, alors pourquoi ne pas prendre cette assertion de la façon la plus littérale possible en réservant une chambre au <a href="http://www.living-architecture.co.uk/the-houses/balancing-barn/overview/" target="_blank">Balancing Barn</a>. Perché sur une colline pittoresque dans le Suffolk, en Angleterre – que l'on peut admirer par ses fenêtres panoramiques encadrées de bandes métalliques futuristes – The Balancing Barn est une représentation de « l'architecture du bonheur » d'Alain de Boton, conçue par le groupe d'architecture conceptuelle Living Architecture. Cet hôtel a déjà remporté plusieurs récompenses.

  • Palacio de Sal, Bolivie

    Ne vous approchez pas du <a href="http://www.palaciodesal.com.bo/" target="_blank">Palacio de Sal</a> si vous voulez réduire votre apport en sodium. Cet endroit est fait de sel pur, des murs au sol en passant par les meubles. Les huttes blanches couleur craie se fondent dans le paysage blanc du Salar de Uyuni, qui s'étend vers un abandon salé dans toutes les directions et procure un point de vue imprenable pour l'observation des étoiles et la dégustation de pop-corn. Ou de frites, ou de chips... vous avez compris. C'est une terre de sel, de beaucoup de sel.

  • CasAnus, Belgique

    Quelle que soit la raison qui vous y amènerait, si un jour vous avez envie de passer une nuit dans une sculpture géante d'intestin humain, rendez-vous à la CasAnus, en Belgique. Cette structure étrange et bulbeuse est anatomiquement correcte, jusqu'aux veines et nerfs. Mais l'endroit n'est pas à jeter aux toilettes : les résident peuvent y profiter d'un lit double, de l'électricité, de chauffage et d'une salle de bains complète avec de l'eau chaude. Explication de l'artiste Joep Van Lieshout, à l'origine du projet : « Les lieux sont en chantier, en mouvement, non polis, contradictoires, bordéliques, complexes, inharmonieux »... un peu comme un intestin, n'est-ce pas ?

  • Capsule Hotel, Pays-Bas

    Ces capsules orange ressemblent un peu à des vaisseaux de La Vie Aquatique, de Wes Anderson, mais elles étaient en fait des navettes de secours pour une raffinerie de pétrole dans les années 70. L'artiste Denis Oudendijk a eu l'idée les transformer en hôtels flottants pour un projet artistique, et voilà ce qu'elles sont devenues – situées à <a href="http://www.fodors.com/world/europe/netherlands/the-randstad/the-hague/" target="_blank">La Hague</a>, ces navettes de 4,25 mètres de largeur n'ont pas été modifiées, excepté l'ajout d'une serrure et de toilettes « d'urgence » à l'intérieur.

  • Giraffe Manor, Kenya

    Impossible d'être égoïste avec son repas au <a href="http://www.giraffemanor.com/" target="_blank">Giraffe Manor</a>, au <a href="http://www.fodors.com/world/africa-and-middle-east/kenya/" target="_blank">Kenya </a>: l'une des huit créatures tachetées au long cou qui vivent dans ce sanctuaire passera sûrement sa tête par la fenêtre pour manger un morceau, lécher votre plat, puis s'éloigner. Ces girafes amicales font de cet hôtel est-africain, datant des années 1930, un endroit surréaliste et nostalgique à la fois. D'autres animaux de safari vivent dans cette propriété de 140 hectares. Si vous en ressentez l'envie, faites un saut à l'orphelinat pour éléphants David Sheldrick et adoptez un bébé pachyderme avant de partir.

  • Karostas Cietums, Lettonie

    Cette <a href="http://www.karostascietums.lv/" target="_blank">prison</a> a fermé ses portes en 1997 après presque un siècle de confinement morbide et dangereux pour les prisonniers militaires, mais on dit que les lieux sont toujours hantés par les fantômes de son sordide passé tsariste. D'effrayants vestiges soviétiques occupent les cellules métalliques et sombres, et des acteurs en habits militaires recréent l'atmosphère de l'emprisonnement avec un réalisme terrifiant. Les résidents ont le choix entre faire un tour avec « des accessoires de spectacle », participer à une émission de télé-réalité appelée « Derrière les barreaux », ou se mettre dans la peau d'un prisonnier en passant une nuit dans la prison. Ils sont alors traités comme des prisonniers.

  • Treehotel, Suède

    Monter ses bagages en haut d'un arbre prend tout son sens quand l'endroit a autant de cachet que le <a href="http://www.treehotel.se/" target="_blank">Treehotel</a>, en <a href="http://www.fodors.com/world/europe/sweden/" target="_blank">Suéde</a>. Les suites vertigineuses flottent dans la forêt verdoyante à l'orée du petit village d'Harads, conçu par des architectes suédois de premier plan. On a le choix entre une suite ressemblant à un nid d'oiseau, un OVNI, et une suite particulièrement futuriste qui reflète les arbres de tous côtés grâce à ses murs en miroirs. Les résidents montent dans leurs logements grâce à une rampe, un pont ou un escalator. Peut-être n'aurez-vous pas l'envie de quitter votre chambre, mais vous aurez la possibilité de pratiquer la randonnée en raquettes ou en chiens de traîneau l'hiver, ou la pêche et le kayak en été.

  • Hôtel de Glace, Québec

    Pas besoin de vivre dans un igloo pour saisir la véritable expérience canadienne, mais ce serait sûrement amusant. Pendant quelques mois chaque année, on peut vivre comme un Eskimo dans cet hôtel de <a href="http://www.fodors.com/world/north-america/canada/quebec/quebec-city/" target="_blank">Québec</a>, entièrement constitué de glace et de neige. Même les sommiers sont glacés, et 500 tonnes de glace et 15000 tonnes de neige ont permis de former des plafonds hauts de 20 mètres et un mobilier sculpté finement.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?