NOUVELLES
06/03/2014 05:59 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

USA: la réforme de la gouvernance du FMI encore en suspens

La stratégie déployée par l'administration Obama pour faire approuver une vaste réforme du FMI en l'incluant au programme d'aide à l'Ukraine a connu un nouveau contre-temps lors du vote de la Chambre des représentants jeudi.

Le texte adopté par la Chambre, dominée par les républicains, approuve l'aide économique promise par Washington à l'Ukraine mais ne fait pas mention de la refonte du Fonds monétaire international, au grand dam de l'exécutif américain.

L'administration souhaitait que la réforme du Fonds, qui n'attend que la ratification parlementaire américaine pour entrer en vigueur, soit intégrée au texte de loi sur l'Ukraine afin de contourner l'hostilité des républicains.

"La ratification (...) permettra au FMI de prêter davantage de ressources à l'Ukraine", avait plaidé un haut responsable du Trésor américain pour convaincre les élus.

Aux termes du projet adopté en 2010, le FMI verrait ses ressources permanentes (quote-parts) doubler et sa gouvernance rééquilibrée au profit des pays émergents, notamment la Chine.

Selon les explications à l'AFP d'une source proche du dossier, les républicains bloqueraient leur processus en exigeant, sous la pression de sa frange la plus à droite, le report d'une nouvelle règlementation du fisc sur l'imposition de certaines organisations à but non-lucratif.

Le Sénat, dominé par les démocrates, doit à présent approuver le programme d'aide à l'Ukraine et pourrait en profiter pour rajouter une clause sur la réforme du FMI.

Mais le texte devra alors retourner devant la Chambre pour approbation, au risque de retarder le processus alors que le Congrès va suspendre ses travaux à la fin de la semaine prochaine.

Le président américain a jeudi de nouveau tenté de convaincre les élus. "Encore une fois, j'appelle les élus (...) à appuyer la capacité du FMI à prêter des ressources à l'Ukraine", a dit Barack Obama dans une allocution consacrée à l'Ukraine.

Le blocage de la réforme par les Etats-Unis a suscité des crispations au sein du FMI, notamment parmi les pays émergents qui assurent que la légitimité de l'institution est en jeu.

jt/lo/bdx

PLUS:hp