NOUVELLES
06/03/2014 11:08 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

Le mystérieux créateur du bitcoin vit reclus en Californie

Bloomberg via Getty Images
Bloomberg's Best Photos 2013: A twenty-five bitcoin is arranged for a photograph in Tokyo, Japan, on Thursday, April 25, 2013. The digital currency, which carries the unofficial ticker symbol of BTC, was unveiled in 2009 by an unidentified programmer, or group of programmers, under the name of Satoshi Nakamoto. Supply is capped at 21 million Bitcoins and managed by a software algorithm embedded into the digital currencys design, rather than a monetary authority such as a central bank. Photographer: Tomohiro Ohsumi/Bloomberg via Getty Images

Le mystérieux créateur du bitcoin, Satoshi Nakamoto, serait un ex-physicien américain d'origine japonaise âgé de 64 ans et vivant reclus en Californie où il cultive sa passion pour les trains miniatures, affirme jeudi le site de Newsweek.

Né en 1949 au Japon avant d'émigrer aux Etats-Unis à l'âge de 10 ans, le retraité rencontré par Newsweek n'a qu'implicitement reconnu avoir créé en 2009 le bitcoin, la monnaie virtuelle qui traverse actuellement une grave crise de confiance après la soudaine fermeture de plateformes d'échange.

"Je ne suis plus impliqué dans cette histoire et je ne peux pas en discuter. C'est dans les mains d'autres personnes, ce sont elles qui en sont chargées maintenant", a simplement dit Dorian Satoshi Nakamoto au magazine, qui relance sa version papier vendredi.

L'identité du créateur du bitcoin fait depuis plusieurs années l'objet de nombreuses spéculations selon lesquelles Satoshi Nakamoto ne serait qu'un pseudonyme, ou le nom d'un collectif.

Après la parution de l'article, la Fondation Bitcoin a affirmé dans un communiqué qu'il n'y avait toujours "aucune preuve concluante" que ce M. Nakomoto soit bien l'inventeur du bitcoin.

Ce discret sexagénaire n'a pas facilité la tâche de la journaliste de Newsweek et a même appelé la police après l'avoir entendue frapper à la porte de son modeste pavillon de la banlieue de Los Angeles, selon l'enquête très fouillée publiée par le magazine.

Diplômé de physique à l'université Polytechnique de Californie et père de six enfants, M. Nakamoto a, au cours de sa carrière, travaillé sur des dossiers classés secret pour l'armée américaine et diverses entreprises, écrit Newsweek.

"Il y a eu un blanc complet dans sa vie pendant un moment. Vous ne serez jamais en mesure de le contacter, il niera tout. Il n'admettra jamais qu'il a lancé le bitcoin", a déclaré au magazine un de ses frères, Arthur Nakamoto.

"C'est un homme brillant (...). Mathématiques, ingénierie, ordinateurs, il sait tout faire", a-t-il ajouté.

- "Protéger son identité" -

Selon Newsweek, M. Nakamoto consacre aujourd'hui la plupart de son temps aux trains miniatures et ne semble pas avoir profité des millions de dollars qui lui reviendraient pour avoir conçu le code informatique crypté ayant créé le bitcoin.

Selon le récit de Newsweek, ses proches le décrivent comme un "libertaire" méfiant vis-à-vis des autorités et du système financier. Une de ses filles, Ilene Mitchell, raconte ainsi avoir été encouragée par son père à "ne pas dépendre du gouvernement".

Dans le manifeste annonçant en 2008 la naissance du bitcoin et signé de son nom, M. Nakamoto défendait les vertus d'une monnaie virtuelle qui permettrait de s'affranchir de la tutelle des banques.

"Nous avons besoin d'un système de paiement électronique (...) permettant à deux parties qui le souhaitent de faire des transactions directement entre elles", indiquait le manifeste.

Cité dans l'article, Gavin Andresen, un des responsables de la Fondation Bitcoin, assure avoir communiqué à de nombreuses reprises par courriel avec M. Nakomoto mais dit ne l'avoir jamais rencontré.

"Il a fait beaucoup pour protéger son identité", a-t-il précisé.

Accompagné de photos de M. Nakomoto et de sa maison, ce long article sera à la une de Newsweek, qui retourne à la version papier vendredi après l'avoir abandonnée depuis fin 2012.

Alors que plusieurs médias ont commencé à traquer le paisible retraité, certains lecteurs en ligne ont accusé le magazine d'exposer cet homme à la curiosité du public.

"Où est votre intégrité journalistique?", s'interrogeait un internaute tandis qu'un autre s'indignait que l'article révèle l'identité d'un homme "qui ne veut clairement pas être identifié".

pmh-jt/vmt/bdx

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 15 plus riches du monde selon Forbes