NOUVELLES
06/03/2014 09:42 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

Lavrov : pas d'accord sur l'Ukraine après les discussions avec John Kerry

Aucun accord n'a été trouvé avec les Etats-Unis sur l'Ukraine, a annoncé jeudi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, après s'être entretenu avec le secrétaire d'Etat américain John Kerry à Rome, ont rapporté les agences russes.

"Pour l'instant, nous ne pouvons pas annoncer à la communauté internationale que nous avons trouvé un accord", a dit M. Lavrov.

"Nous sommes convenus d'étudier encore les idées dont m'a fait part aujourd'hui John Kerry concernant des mesures concrètes à prendre", a-t-il ajouté.

Selon des sources diplomatiques américaines, M. Kerry, dans un entretien de 40 minutes, en marge d'une conférence sur la Libye au ministère italien des Affaires étrangères, a souligné l'importance que les Etats-Unis attachaient au fait que "les Russes parlent directement aux Ukrainiens".

Les deux chefs de la diplomatie ont discuté des "formats possibles quant à la manière dont ce dialogue pourrait se dérouler", a-t-on ajouté de mêmes sources.

M. Kerry a aussi insisté sur "l'importance d'autoriser des observateurs internationaux à se rendre en Crimée et dans l'est de l'Ukraine pour avoir une vision directe de la réalité sur le terrain", a-t-on encore ajouté.

M. Lavrov a indiqué de son côté qu'il allait faire part au président Vladimir Poutine de sa discussion, à son retour en Russie.

"Pour nous, le plus important, je le souligne encore, est de respecter les accords du 21 février, avant tout sur la réforme de la Constitution, sur la formation d'un gouvernement d'unité nationale, l'organisation d'élections après la réforme constitutionnelle", a-t-il ajouté.

"Et le deuxième aspect important est que tout processus (...) doit obligatoirement s'appuyer sur l'accord sans ambiguïté de toutes les régions d'Ukraine", a-t-il encore dit.

Les deux hauts responsables se sont rencontrés trois fois en deux jours pour discuter de la crise en Ukraine. Au début de leur dernier entretien, ils ont poliment échangé des sourires et des poignées de main avant de s'enfermer avec leurs délégations.

Les entretiens à Rome se sont déroulés alors que le Parlement de Crimée a fait jeudi un pas de plus vers la partition de l'Ukraine en demandant à Vladimir Poutine le rattachement de la péninsule à la Russie, ce qui a aussitôt été dénoncé par Washington.

De son côté, le président américain Barack Obama a annoncé une série de sanctions pour faire davantage pression sur Moscou, avec notamment des restrictions de visas pour un certain nombre de responsables.

M. Lavrov a indiqué aux agences russes que M. Kerry lui avait assuré qu'il n'y avait pour l'instant pas de listes de responsables russes.

edy-jlv/mle/sym

PLUS:hp