NOUVELLES
06/03/2014 04:25 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

L'Afrique du Sud touchée par des coupures d'électricité

La compagnie publique d'électricité sud-africaine Eskom, qui tourne constamment à la limite de ses capacités, a commencé à procéder à des délestages jeudi, les stocks de charbon alimentant ses centrales ayant été mouillés par des pluies aussi fortes qu'inhabituelles.

Les délestages ont débuté jeudi à 09H00 (07H00 GMT) et devraient durer jusqu'à 22H00 (20H00 GMT), a précisé Eskom, qui fournit 95% de l'électricité du pays.

"Tout le pays va être touché par les délestages, car 90% de notre électricité est fournie par des centrales au charbon, et la plupart de nos centrales sont situées dans la province du Mpumalanga (nord-est) où nous avons de fortes pluies", a expliqué à l'AFP Tony Stott, un porte-parole de la compagnie.

"Mais chaque ville ou chaque quartier ne sera pas concerné en même temps. Ca sera deux heures à chaque fois", a-t-il précisé, notant qu'Eskom travaillait avec les communes pour organiser des rotations.

Le porte-parole a indiqué que les délestages se poursuivraient sans doute vendredi, et peut-être la semaine prochaine si le beau temps ne revient pas (la demande devrait en revanche être moins forte au cours du week-end). Ils pourraient néanmoins être écourtés si la consommation baisse suffisamment, les habitants ayant été appelés à éteindre les pompes de leurs piscines, les chauffe-eau et autres appareils non essentiels.

Les coupures d'électricité ont affecté jeudi l'aéroport international de Johannesburg, provoquant des retard, et le Gautrain, le train reliant la capitale économique du pays à Pretoria, a dû interrompre partiellement ses services et transporter ses passagers en bus.

Les pluies incessantes qui tombent sur le nord du pays depuis une semaine font que le charbon est trop mouillé pour être utilisé dans de bonnes conditions dans les centrales thermiques, a expliqué Eskom, entre autres problèmes techniques.

"Quand le charbon est mouillé, nous pouvons faire avec, mais maintenant, il est absolument saturé d'eau", a noté Tony Stott, ajoutant que "les mines (...) elles-même ont du mal à extraire le charbon parce qu'il y a trop d'eau".

Il faudra à Eskom vingt-quatre heures pour que le charbon sèche quand le soleil sera revenu, a noté le porte-parole. La météo ne prévoit pas de vrai retour du beau temps dans la région avant la fin de la semaine prochaine.

La compagnie publique avait déjà émis trois avis d'alerte depuis novembre, mais elle avait réussi à éviter les délestages, la réduction de 10% de la consommation demandée à ses clients industriels, usines ou mines, ayant été suffisante.

Première puissance économique du continent, l'Afrique du Sud tourne depuis plusieurs années avec un réseau électrique à la limite de ses capacités, faute d'investissements suffisants alors que des millions de consommateurs supplémentaires ont été raccordés, notamment dans les townships noirs et les zones rurales privés de courant sous le régime ségrégationniste de l'apartheid.

Le pays avait connu de fort coûteux délestages en 2008, qui ont décidé les autorités à lancer un vaste plan de construction de nouvelles centrales et de rénovation des infrastructures existantes.

Mais ces travaux ont pris du retard, faisant vivre les Sud-Africains --régulièrement priés de couper l'air conditionné l'été et le chauffage l'hiver-- sous la constante menace de coupures d'électricité.

sn-liu/cpb/hm

PLUS:hp