NOUVELLES
06/03/2014 12:58 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

La Chine "ne va pas cesser d'accroître" ses dépenses militaires (média d'Etat)

La Chine "ne va pas cesser" d'accroître son budget de défense, a indiqué jeudi un média d'Etat, alors que Pékin vient d'annoncer une hausse de 12,2% de ses dépenses militaires en 2014.

"La Chine ne va pas cesser d'augmenter ses dépenses militaires", qui "restent en-deçà des besoins élémentaires requis pour consolider ses stratégies de défense", a estimé dans un éditorial le Global Times, quotidien officiel connu pour son ton nationaliste.

Le journal mettait par ailleurs en exergue des propos de Qin Gang, porte-parole du ministère des Affaires étrangères: "L'Armée populaire de libération (APL), ce ne sont pas des boy-scouts avec des bâtons. Si c'était le cas, comment préserver notre sécurité nationale et la paix mondiale?", s'était-il interrogé.

Le budget militaire du pays doit mobiliser cette année 808,23 milliards de yuans (95,9 milliards d'euros), a annoncé mercredi le ministère chinois des Finances.

Ses dépenses de défense avaient déjà bondi de 11,2% en 2012 puis de 10,7% en 2013 -- mais elles restent très en-deçà de celles des Etats-Unis (460 milliards d'euros cette année).

Selon le Global Times, "la meilleure échelle (pour le budget militaire chinois) est de le maintenir sur le long terme à la moitié ou aux deux tiers du budget américain".

L'envolée des dépenses de défense de la Chine suscite l'inquiétude des Etats-Unis et de ses voisins asiatiques --au premier rang desquels le Japon, engagé avec Pékin dans une querelle de souveraineté sur un archipel en mer de Chine orientale.

"Les théories sur la menace (chinoise)" n'ont pas de fondement, insiste le quotidien officiel: "Le budget militaire chinois excède celui de la Russie, mais la Chine a-t-elle de plus grosses capacités militaires que la Russie? Evidemment non", a-t-il plaidé.

Pékin "ne fait que rattraper son retard, dans un domaine trop négligé par le passé", renchérissait le China Daily, un autre journal d'Etat, estimant que le pays avait désormais "de plus vastes intérêts à défendre".

Le secrétaire général du gouvernement japonais Yoshihide Suga avait par ailleurs déploré mercredi "l'absence de transparence de la politique de défense et des capacités militaires de la Chine".

"Ce serait plutôt à Tokyo et à Washington d'expliquer au monde entier leurs postures militaires et leurs intentions", a réagi l'agence officielle Chine nouvelle, pointant dans un commentaire l'alliance stratégique des deux pays.

jug/glr

PLUS:hp