NOUVELLES
06/03/2014 03:53 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

F1: Rosberg dit que Mercedes possède une longueur d'avance sur la concurrence

MONTRÉAL - Le pilote automobile Nico Rosberg affirme que la Mercedes W05 permettra à son équipier Lewis Hamilton et lui d'amorcer la saison de Formule 1 avec une longueur d'avance sur la concurrence. Mais de là jusqu'à avancer que Mercedes AMG Petronas sera l'équipe à battre cette année, il y a un pas que Rosberg ne veut pas franchir. Pas tout de suite.

«Je ne veux pas créer d'attentes démesurées parce qu'on a tout à perdre dans ce temps-là. Demeurons calmes et nous verrons bien», a déclaré l'Allemand qui se trouvait à Brackley, au Royaume-Uni, jeudi, au moment où il a participé à une vidéo-conférence à l'attention de la presse montréalaise.

Rosberg a précisé qu'on saura très bientôt dans quelle mesure la nouvelle mouture peut être plus compétitive que les Red Bull, Ferrari et les Williams. Le premier Grand Prix de Formule 1 sera présenté à Melbourne, en Australie, du 14 au 16 mars.

D'ici là, Rosberg, âgé de 28 ans, ne cache pas que son équipe est «mieux armée» que toutes les autres du plateau, à la lumière de la nouvelle réglementation qui entre en vigueur cette année et des résultats des essais routiers hivernaux.

Le patron de la F1, Bernie Ecclestone, confère à Rosberg le statut de favori pour remporter le championnat des pilotes cette année. En 2013, Sebastian Vettel de Red Bull a été le roi incontesté de la piste, avec 13 victoires — incluant neuf d'affilée pour terminer la saison. Vettel a devancé Fernando Alonso de Ferrari par 155 points. Rosberg a fini sixième avec deux titres et 171 points.

«C'est fort sympathique de sa part et je l'en remercie, a répondu Rosberg. Mais ce n'est qu'une opinion. Moi je me concentre sur le boulot à accomplir.

«Je suis très emballé et optimiste. C'est un nouveau départ, une superbe occasion pour nous de passer au palier supérieur, a-t-il repris. La possibilité de réussite est réellement existante. C'est `cool' et c'est une grande motivation tout ça. J'espère gagner plus de courses que l'an dernier.»

Essais compliqués

Rosberg a expliqué qu'il a trimé dur en piste parce qu'on a refait tout l'assemblage de la voiture et qu'il a dû tout réapprendre son fonctionnement. Qualifiant les essais hivernaux des plus compliqués qu'il ait eu à gérer, il a dit que le plus difficile pour lui demeure de se familiariser avec la trentaine de boutons de commande au volant, qui lui permettent entre autres d'activer le freinage électrique et de gérer la consommation d'essence. Il s'est dit assuré qu'il lui arrivera assurément d'actionner les mauvais boutons en situation de course.

«C'est tout un défi de maîtriser chacune des quelque 3500 composantes (de la voiture), a-t-il relevé. La moindre erreur ou malchance, comme un bouchon de plastique qui se détache à cause de vibrations, peut faire dérailler toute une fin de semaine de course.»

Cela dit, le fils de Keke Rosberg, qui arborera sur sa monoplace le numéro 6 de son père cette année, a salué les initiatives technologiques que la Formule 1 met de l'avant afin que les monoplaces soient moins énergivores, mais pas moins performantes pour autant.

«Avec la même goutte d'essence, le moteur génère un tiers de plus d'énergie», a-t-il souligné.

«La F1 doit suivre la tendance mondiale en automobile vers les technologies vertes. Elle doit montrer à la population que c'est la voie qu'elle veut également emprunter. C'est contemporain et il faut le faire.»

Cette année, le plus important changement a trait aux moteurs: le V8 2,4 litres est remplacé par un V6 turbo moins puissant.

Au Grand Prix de Montréal, Rosberg a avancé que les monoplaces atteindront tout de même des vitesses de pointe de 350 kilomètres-heure dans les lignes droite.

PLUS:pc