NOUVELLES
05/03/2014 06:47 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

Washington réfute point par point le "roman" de Poutine sur l'Ukraine

Allant jusqu'à évoquer Dostoïevski, le département d'Etat américain a dénoncé mercredi la position défendue par Vladimir Poutine dans le dossier ukrainien, réfutant point par point ses "10 affirmations erronées" et évoquant un "roman" du président russe.

"La Russie raconte des histoires fausses pour justifier ses actes illégaux en Ukraine, et le monde n'a pas vu de fiction russe aussi surprenante depuis que Dostoïevksi a écrit +Deux fois deux égale cinq est aussi une chose charmante+", écrit la diplomatie américaine, citant une phrase des Carnets du sous-sol du romancier russe.

Le département d'Etat énumère ensuite 10 affirmations de Vladimir Poutine "justifiant l'agression russe en Ukraine, suivies des faits que ses assertions ignorent ou déforment".

Vladimir Poutine assure que ce sont des "milices citoyennes" --et non des soldats russes-- qui sont présentes en Crimée? "Des preuves claires suggèrent que les forces de sécurité russes sont au coeur des troupes anti-ukrainiennes très organisées en Crimée", lui répond le département d'Etat: "elles conduisent des véhicules immatriculés en Russie et se présentent eux-mêmes comme des membres des forces de sécurité russes quand la presse internationale ou les soldats ukrainiens leur pose la question".

Washington réfute également les affirmations de Vladimir Poutine sur une "crise humanitaire" et des milliers de réfugiés fuyant l'Ukraine vers la Russie, ou encore celles évoquant les menaces visant les russophones ou les bases militaires russes ou les attaques touchant les églises et les synagogues dans le sud et l'est du pays.

Le parlement "est l'institution la plus représentative d'Ukraine", assure encore Washington face aux accusations de Vladimir Poutine d'un parlement "sous l'influence d'extrémistes et de terroristes".

"Les groupes ultra-nationalistes d'extrême droite dont certains ont été impliqués dans des affrontements avec les forces de l'ordre" lors des manifestations ayant précédé la destitution de l'ex-président Viktor Ianoukovitch n'y sont pas représentés, insiste encore le département d'Etat.

jkb-mdm/jca

PLUS:hp