NOUVELLES
05/03/2014 07:38 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

Une Malienne distinguée aux Etats-Unis pour son courage durant la crise au Mali

Les Etats-Unis ont distingué une responsable d'ONG malienne comme "femme de courage" notamment pour ses actions en faveur de malades et contre les violences, au risque de sa vie, durant l'occupation du nord du Mali par des groupes armés, selon une diplomate américaine.

Fatimata Touré, originaire de Gao (nord-est), fait partie de dix lauréates du "Prix international de la femme de courage" mises à l'honneur mardi à Washington, lors d'une cérémonie en présence de la première dame américaine Michelle Obama, a indiqué l'ambassadrice des Etats-Unis à Bamako, Mary Beth Leonard, dans un communiqué obtenu mercredi par l'AFP à Dakar.

"Ce prestigieux prix honore annuellement des femmes dans le monde entier qui ont démontré un courage exceptionnel et un leadership dans la défense de la paix, de la justice sociale, des droits humains, de l'égalité entre les sexes et de la promotion de la femme, souvent au prix de grands risques personnels", a expliqué Mme Leonard.

Depuis sa création en 2007, il a été remis à 76 femmes en provenance de 49 pays, a-t-elle dit.

Selon l'ambassadrice américaine, Mme Touré a été "honorée pour avoir risqué sa propre vie en défendant publiquement les droits des femmes et des enfants, tout en dénonçant les abus des droits humains pendant l'occupation de la partie nord du Mali en 2012 par les extrémistes" islamistes armés, des jihadistes liés à Al-Qaïda.

Ces derniers, qui furent alliés à des rebelles touareg, ont commis des exactions, notamment des amputations et flagellations en public, dans les zones sous leur contrôle, en prétendant y appliquer la charia (loi islamique). Les groupes armés ont été accusés de massacres de soldats, pillages, viols, mariages forcés, détentions arbitraires par les autorités, des ONG et des habitants.

"Pendant la crise politico-sécuritaire du Mali" ayant secoué le pays 18 mois durant entre 2012 et 2013, Fatimata Touré "a continué à faire entendre sa voix contre les violations des droits de l'Homme malgré (des menaces à son encontre) par les extrémistes", a affirmé Mme Leonard.

"Pendant l'occupation, son aide a été très déterminante pour fournir des soins médicaux aux malades de Gao transférés à Mopti (centre), et s'assurer que les abus qu'ils ont subis ne soient pas oubliés", a-t-elle ajouté.

Lors d'une visite au Mali, début février, la représentante permanente des Etats-Unis à l'ONU, Samantha Power, avait rendu hommage à Fatimata Touré, engagée depuis plus de 20 ans "dans le domaine du développement au sein d'organisations locales" dont le Groupe de recherche, d'étude, de formation Femme-Action (Greffa).

En 2012, "lorsque des extrémistes ont attaqué l'hôpital de Gao, Mme Touré a prêté main-forte à mon gouvernement pour aider les victimes à trouver un abri sûr et leur apporter une aide psychologique", elle a "fourni de l'aide et un abri aux victimes de viols" notamment, avait indiqué Mme Power.

D'après des acteurs humanitaires, le Greffa, basé à Gao, avait créé sur place un dispensaire ayant fourni une aide médicale aux victimes de violences sexuelles entre autres activités.

Selon l'ambassadrice américaine Mary Beth Leonard, Mme Touré dirige actuellement un forum pour la réconciliation et la paix à Gao, "elle mène des activités de plaidoyer pour la justice et les droits des femmes".

Les neuf autres lauréates du prix de la "femme de courage" sont originaires d'Afghanistan, des Fidji, de Georgie, du Guatemala, d'Inde, d'Arabie saoudite, du Tadjikistan, d'Ukraine et du Zimbabwe.

cs/jr

PLUS:hp